Forum de publicité, d'entraide et de détente.



    Correction pour ADM [Fini - Ven & L'inqui & Cat']




    Bienfaiteur du Royaume

    Ven

    avatar
    Bienfaiteur du Royaume

    Marchands
    Masculin Âge : 26
    Messages : 21406
    Clés : 2
    Date d'inscription : 04/01/2011


    Profil

    Message par Ven le Mer 22 Mar - 20:51

    Bonsoir Lilith Smile

    Je suis désolé pour le retard, mon emploi du temps s'est bien chargé ces jours-ci. Je peine vraiment à en trouver pour m'attaquer sérieusement à la correction, mais notre correctrice (L'Inquisitrice) étant de retour, je lui ai demandé de reprendre la correction, ce qu'elle a gentiment accepté.

    Elle va donc prendre la suite et, j'espère, pouvoir t'apporter un travail plus rapide que je l'ai fait. Elle devrait commencer ce week-end.

    Désolé pour ce changement de plan et l'attente imposée.

    Bonne soirée.







    Habitant

    Lilith Aube

    avatar
    Habitant

    Féminin Âge : 31
    Messages : 335
    Clés : 0
    Date d'inscription : 04/02/2016


    Profil

    Message par Lilith Aube le Jeu 23 Mar - 9:06

    Bonjour,

    Pas de souci, bonne journée.



    Chasseuse de Monstres

    L'Inquisitrice

    avatar

    Guerriers
    Féminin Âge : 26
    Messages : 2457
    Clés : 0
    Date d'inscription : 01/11/2012


    Profil

    Message par L'Inquisitrice le Dim 26 Mar - 16:18

    Bonjour,

    Comme te l'a dit Ven', je vais reprendre la correction. Ma méthode de mise en avant est différentes de la sienne mais seulement sur les couleurs.

    (Explications)
    Correction

    Si tu ne comprends pas ma correction ou que tu veux plus de détails dessus, n'hésites pas.

    LES LYKOSIMS (OU DÉMOCRATES) a écrit:Type de population : Toutes les races
    Lieu de vie : Kaïl et Tak’Nayu
    Alpha : Tarik Jazeber, un xen de 58 ans

    Les lykosims sont les démocrates et possèdent Kaïl ainsi que Tak’Nayu. Le premier dirigeant, nommé Alpha, est le fondateur de cette branche : Halbë, un vieil elfe quelque peu utopiste.
    La Damert'Ban ou démocratie est donc sous l'autorité d'un arcaëllien nommé Alpha. Cette autorité est épaulée par les Bêtas et les Deltas. Les Bêtas, sous la direction de l'Alpha, écrivent les lois qui sont ensuite approuvées ou non par les Deltas. Des élections ont lieu toutes les décennies afin de choisir un Alpha qui, à son tour, nommera des Bêtas. Les Deltas sont renouvelés tous les cinq ans et choisis par le peuple.
    (Il n’est pas nécessaire de répéter deux fois qu’il est nommé alpha.
    Attention à la position des virgules, elles servent souvent à séparer la principale de la secondaire –comme tu as voulu le faire- mais doivent surtout entourer ce que tu veux séparer de la phrase –ou mettre entre virgule et point-, ici « à son tour » et non « qui à son tour » étant donné que le « qui » est lié au verbe.)


    À l'heure actuelle, l'Alpha est Tarik Jazeber, un xen âgé de 58 ans. Il est autoritaire et intransigeant, quelque peu dictatorial. Il écoute rarement les Bêtas et en aucun cas le peuple. Il assomme les citoyens de taxes de plus en plus élevées. Par conséquent, le peuple gronde et l’armée est de plus en plus réfractaire à l’empêcher d’agir. Théoriquement, l'organisation de la démocratie est comme suit :
    L’Alpha

    Les Bêtas (0/10)

    Les Deltas (0/100)

    Bourgeois

    Généraux (0/6)

    Sergents

    Caporaux

    Chefs de faction

    Soldats (Types de soldats : Soldats de villes et villages (patrouillant dans les rues), soldats errants (patrouillant dans les lieux telles que les forêts), soldats maritimes, soldats aériens (ayant des ailes). Chaque soldat peut se spécialiser dans une arme et/ou dans un (des) fluide (fluides).

    Peuple
    (« l’armée est de plus en plus réfractaire à l’empêcher d’agir », je ne suis pas sure de comprendre ce que tu as voulu dire. Est-ce que l’armée est pour ou contre ce qu’il fait ? S’ils sont pour, alors c’est bon, s’ils sont contre, alors ce serait plutôt : « réfractaire à le laisser agir ».
    Ici plutôt que « marins » qui est un nom et non un adjectif, je te propose « maritimes ».)


    Le service militaire est obligatoire à la majorité (voir selon races) durant une année. Pour devenir militaire, il faut faire des études à l’Académie martiale.

    L’école est gratuite et obligatoire de 5 ans à 17 ans (sauf aracnors : jusqu'à 15 ans). Les académies et universités sont libres de pratiquer les tarifs qu’elles veulent.

    La Damert'Ban est assez souple et fonctionne avec des tribunaux dirigés par les Deltas et Bêtas. Les lois sont, parfois, soumises au référendum.

    La peine de mort n’y a pas lieu, cependant les malfrats les plus dangereux sont envoyés dans les arènes. Les prisons n’autorisent pas la torture.

    L’esclavagisme est illégal, tout comme le travail des mineurs.

    L’uniforme des soldats est or et argent.



    Chasseuse de Monstres

    L'Inquisitrice

    avatar

    Guerriers
    Féminin Âge : 26
    Messages : 2457
    Clés : 0
    Date d'inscription : 01/11/2012


    Profil

    Message par L'Inquisitrice le Dim 26 Mar - 16:34

    Les Neutres a écrit:Les personnes neutres sont celles qui n’entrent dans aucun des autres groupes mais également les habitants des petites îles qui parsèment le monde. Ils ne s’impliquent que rarement dans les conflits du monde sauf pour garder leur liberté. Parmi les neutres, il y a :


    Les Zaïans :


    Les Zaïans sont des dresseurs de dragons, maîtres du feu et de l’air. Ils vivent dans les îles au Nord de Mar’Bäal. Ils n’utilisent que la voie des airs pour se déplacer et commercer avec les continents. Certains d’entre eux ont cependant quitté les îles pour devenir des Dragonniers pour l’un ou l’autre des États.
    (Il est toujours bien de garder un même format de présentation. De plus, une phrase doit toujours contenir un sujet et un verbe au moins.
    J’ai rajouté une virgule pour laisser le lecteur prendre une pause dans sa lecture)


    Les Bökans :

    Les Bökans vivent dans les îles entre Kaïl et Yban. Éduqués à la dure, ils sont de parfaits mercenaires, assassins et guerriers. Pour eux la technologie et la technomancie sont de l'hérésie. Ils se rendent sur les continents via des navires légers et rapides.


    Les Rastgars :

    Les Rastgars sont des maîtres chasseurs aimant la nature sauvage et intacte. Ils sont nomades et parcourent Arcaëlle de long en large sur le dos de leurs bsurts. Ils apprennent dès le plus jeune âge le langage des lupans avec qui ils sont très proches. On raconte que le premier rastgar fut éduqué par des lupans, elle se nommait Noraël. Le groupe existe depuis deux-cent ans.


    Les Gäléites :

    Les Gäléites sont les maîtres du soin. Ils ont une connaissance parfaite des plantes et, pour ceux le maîtrisant, du fluide äan. Ils vivent dans les îles entre Kaïl et Ray’Bauz. L’élite de ce groupe est souvent appelée dans les États pour former les jeunes générations.


    Les Phën’Räns :

    Les Phën’Räns sont maîtres dans l’art de la discrétion. Ils sont souvent sollicités pour de l’espionnage en tout genre. Ils vivent dans les îles au Sud de Kaïl. On trouve beaucoup d’aracnors et de xens dans ce groupe. Ils sont très croyants.


    Les Keï-Kans :

    Les Keï-Kans vivent dans les îles entre Les Cités Blanches et Kaïl. Ils sont de grands rêveurs aimant l’art et la technologie ainsi que la technomancie. On trouve beaucoup d’inventeurs dans leur groupe. Majoritairement perçus comme des hérétiques, ils s’aventurent rarement en dehors de leur territoire. Ce groupe existe depuis cent-cinquante ans.
    (Attention, ici le sujet auquel se rapporte « perçu » est « ils », il prend donc un s)



    Habitant

    Lilith Aube

    avatar
    Habitant

    Féminin Âge : 31
    Messages : 335
    Clés : 0
    Date d'inscription : 04/02/2016


    Profil

    Message par Lilith Aube le Dim 26 Mar - 16:40

    Bonjour,

    Merci pour cette correction. JUste un détail, peux-tu mettre le lien vers le sujet ?



    Chasseuse de Monstres

    L'Inquisitrice

    avatar

    Guerriers
    Féminin Âge : 26
    Messages : 2457
    Clés : 0
    Date d'inscription : 01/11/2012


    Profil

    Message par L'Inquisitrice le Dim 26 Mar - 22:38

    Bonjour,

    Je ferais attention à l'avenir à te les mettre avec mes corrections. Pour les deux précédents, voici :
    http://aubedesmondes.rpgistes.com/t5-les-lykosims-ou-democrates
    http://aubedesmondes.rpgistes.com/t30-les-neutres



    Habitant

    Lilith Aube

    avatar
    Habitant

    Féminin Âge : 31
    Messages : 335
    Clés : 0
    Date d'inscription : 04/02/2016


    Profil

    Message par Lilith Aube le Lun 27 Mar - 8:11

    Bonjour,

    Merci



    Chasseuse de Monstres

    L'Inquisitrice

    avatar

    Guerriers
    Féminin Âge : 26
    Messages : 2457
    Clés : 0
    Date d'inscription : 01/11/2012


    Profil

    Message par L'Inquisitrice le Ven 7 Avr - 20:08

    PRINCIPAUTÉ MZÉKILS'HAN a écrit:http://aubedesmondes.rpgistes.com/t4-principeaute-mzekils-han

    Type de population : Toutes les races, cependant majoritairement des mzékils et des lorcq. Quelques tahora, ,humains et aracnors.
    Lieu de vie : Yban
    Prince régent : Yülhan Mzékils’Han, un mzékils.
    (J’ai séparé toutes les races du reste avec une virgule, pour marquer la différence.
    Je ne suis pas sure, mais je pense que le terme était « humains » et pas « d’humain »)



    La principauté est stricte et n’hésite pas à punir quiconque ne se soumet pas aux lois. La peine de mort, après procès, est de coutume. Les délinquants sont envoyés en camps de redressement où ils effectuent divers travaux d’intérêt public. Les prisons sont, en général, réservées aux arcaëlliens à torturer ou à tuer rapidement. Il y a un système de colliers (également pour les esclaves) contenant le fluide pour les utilisateurs, empêchant toute métamorphose pour les métamorphes (xen et aracnor) et, pour ceux usant de la force, il y a un collier et des chaînes bien solides dans un matériaux brut (un genre de métal mais plus solide).
    Esclave : collier blanc
    Prisonnier : collier noir
    Gladiateur : collier vert
    Cible pour les entraînements : collier rouge
    (Ici il n’est pas nécessaire de dire de « couleur », le sous-entendu est à mon avis clair)
    Ceux ayant accès à une potentielle une libération sont livrés à l'arène et doivent gagner un certain nombre de combats. Les arènes de plein air possèdent une voûte magnétique fournie par des cristaux. Ainsi ceux ayant des ailes ne peuvent s'échapper.

    Lorsqu'un être ailé est capturé, on lui met un arceau autour des ailes pour éviter toute fuite par la voie des airs.

    Sous l’insistance de son épouse, assez proche du peuple, le Prince Yülhan rend l’école obligatoire jusqu'à l’âge de 12 ans. Concernant le service militaire, il est obligatoire à la majorité aussi bien pour les femelles que pour les mâles (voir les races pour la majorité). Le service dure 3 ans.

    La Principauté est organisée comme ci-dessous :
    (Je pense qu’il est plus intéressant de séparer la phrase « La Principauté… » en sautant une ligne après ce qu’il y a avant, puisqu’il n’y a pas vraiment de lien.)
    Prince en place

    Conseillers (0/4)

    Général Suprême (0/1)

    Noblesse

    Généraux (0/3)

    Lieutenants

    Bourgeoisie

    Soldats (Types de soldats : Soldats de villes et villages (patrouillant dans les rues), soldats errants (patrouillant dans les lieux telles que les forêts), soldats marins, soldats aériens (ayant des ailes). Chaque soldat peut se spécialiser dans une arme et/ou dans un (des) fluide (fluides).

    Petit peuple

    Esclaves

    L'uniforme des soldats est vert et noir, les gradés portent une armure.

    Histoire de la Principauté :

    La Principauté a hérité du continent Yban et y a retranscrit le mode de vie de l’Empire Divin. Lorsque Zack prend le trône de la Principauté, il est marié de force à une mzékils de deux ans sa cadette. Elle lui donna trois fils et elle insista pour que le premier né soit nommé en l’honneur du Dieu-Empereur vaincu. Ainsi, Zack appela son premier fils Morloc. Malheureusement, le Prince Mzékils’Han n’est pas le réel dirigeant d’Yban. Il est manipulé durant tout son règne par le Duc Habanë, ainsi que par la Princesse. Les dogmes de l’ancien temps restent ancrés dans les esprits de la noblesse qui se complaît à posséder des esclaves. Le Prince sera retrouvé pendu trois décennies après le commencement de son règne. Morloc II, âgé de 19 ans, sera mis sur le trône. Parfaite marionnette de ses trois conseillers (le Duc, sa mère et un marchand d’esclaves), il instaurera des lois et des taxes qui affaibliront le peuple déjà malmené. Le jeune Prince sera à son tour marié à une mzékils qui lui donnera un fils et trois filles. Son cadet, qui est le Prince héritier, sera nommé Yülhan et obtiendra les meilleurs précepteurs des environs. Aujourd’hui, c’est lui qui règne avec fermeté et autorité. Il est peu (voire pas) manipulé par ses conseillers. Il a pour épouse une mzékils nommée Ätanaelle.

    ROYAUME TAHORA'HAN a écrit:http://aubedesmondes.rpgistes.com/t3-royaume-tahora-han

    Type de population : Toutes les races, cependant majoritairement des tahoras et des xens. Quelques mzékils, peu d'humains.
    Lieu de vie : Cités Blanches et Ray’Bauz
    Reine: Amäly Tahora’Han, une mzékils.

    Le royaume Tahora’Han interdit la peine de mort. Cependant, selon les méfaits, le criminel peut avoir une amende et/ou une peine de prison. Les tribunaux sont régis par les militaires et un ou deux juges. Les juges sont en réalité choisis parmi la noblesse, la bourgeoisie et le peuple. Ainsi tout le monde peut-être juge pour un procès sauf le plaidant ou l’accusé.
    (Le « en réalité » ici semble inapproprié, puisque les faits ne semble pas s’opposer à une croyance.)

    Il y a très peu de taxes mais il y a, cependant, un impôt bisannuel qui variera selon les ressources des arcaëlliens et les besoins du Royaume.

    La Reine actuelle est conciliante et sait être à l’écoute. Elle s’est entourée de huit conseillers qui l’aident à prendre des décisions justes. Elle créa, il y a cinq années de ça, un parlement où siègent aussi bien des gens de la haute que du peuple. On compte une centaine d’arcaëlliens parlementaires. Le Royaume est hiérarchisé comme suit :

    La Reine en place

    Les conseillers (0/,8)

    Les parlementaires (0/100)

    Les généraux (0/4)

    La noblesse

    Les sergents

    Chefs de factions et de villages

    Les soldats (Types de soldats : Soldats de villes et villages (patrouillant dans les rues), soldats errants (patrouillant dans les lieux telles que les forêts), soldats marins, soldats aériens (ayant des ailes). Chaque soldat peut se spécialiser dans une arme et/ou dans un (des) fluide (fluides).

    Peuple
    (Attention à l’espace qui n’a pas lieu d’être avant de fermer une parenthèse.)
    L’uniforme des armées est bleu et blanc. Les grades sont indiqués par des écussons sur la tenue officielle.


    Histoire du Royaume :

    Le Royaume trouve son origine dans les Cités Blanches. Il fut créé en l’an 215 de notre ère. La première Reine fut une tahora : Mélinda Warren. Elle reprit le nom de son ancêtre : Tahora’Han. Elle édita des lois permettant à toutes et tous d’être égaux autant que faire se peut. L’esclavage est un crime en ces lieux et l’école y est obligatoire jusqu’à 15 ans. Mélinda estimait que l’éducation était une obligation afin d’avoir un peuple capable d’agir et de penser par lui-même. Son règne fut juste et calme. Elle eut deux enfants, une fille (Louane) et un garçon (Théo), des jumeaux. Au Royaume, seules les femelles montent sur le trône ; c’est donc Louane Tahora’Han qui devint Reine à la demande de sa mère, qui ne se sentait plus apte à administrer le Royaume. Théo, quant à lui, devint Général. Louane, très croyante, fit construire de nouveaux lieux de culte, attirant par la sorte de nombreux prêtres et prêtresses. La Reine épousa un mzékils dont elle était tombée amoureuse. Un chevalier. Âgée aujourd’hui de 105 ans, elle laisse les rênes de la gouvernance à sa fille aînée Amäly Tahora’Han.
    (Il y avait un s alors qu’ « origine » est au singulier.
    Il y a un espace avant et après le signe « ; ».)


    VAIBÏAËN a écrit:http://aubedesmondes.rpgistes.com/t6-vaibiaen-ou-armes-vivantes

    Type de population : Toutes les races
    Lieu de vie : une île cachée en pleine mer
    Chef : Fannÿ, une elfe de 35 ans.


    Les Vaibïaën, ou armes vivantes, sont les héritiers d’une section secrète de l’Empire divin. Ils ont une religion différente du reste d’Arcaëlle ; en effet, ils sont persuadés que Morloc est devenu un Dieu à part entière après sa mort en martyre. Ainsi, ils vénèrent le défunt mzékils et ont des prêtres voués à son culte.

    Les enfants, filles comme garçons, entrent très vite dans une branche où ils se perfectionneront. Dès l’âge de huit ans, ils commencent un difficile entraînement militaire. La guerre est un art qu’il faut maîtriser au plus vite. Lorsque l’apprenti-soldat atteint les 15 ans, il effectue un rite de passage où il combat une autre personne de son âge. Seul l’un des deux doit survivre.

    Les enfants qui semblent trop faibles sont assignés aux tâches quotidiennes (agriculture, boulangerie, etc.) et deux nouveau-nés par an sont désignés pour être prêtres. Devenir garant du culte de Morloc est un honneur incommensurable.

    Le chef de clan est le guerrier le plus aguerri. Lorsqu’un dirigeant meurt, le suivant est choisi lors d’un combat épique contre les autres postulants. Le dernier à rester debout est élu chef. Ce dernier choisira cinq vaibïaën qui deviendront ses conseillers.

    Parfois, un navire prend la mer avec une dizaine de guerriers afin d’apporter du sang neuf à la communauté. Ils voguent jusqu’aux îles voisines et enlèvent des nourrissons afin de les éduquer dans leur idéologie.

    La chef actuel et ses conseillers travaillent sur la mise en place d’un nouvel Empire dévoué à leur Divinité. De ce fait, les entraînements sont plus ardus et compliqués. Quelques membres du clan sont partis en repérage: ce sont les infiltrés. Ayant vécu en autarcie totale pendant cent-soixante-dix ans, ils ne connaissent pas grand-chose du monde actuel. Le groupe est hiérarchisé comme suit :


    Le chef

    Les conseillers (0/5)

    Les instructeurs (0/10)

    Les infiltrés (1/25)

    Les guerriers

    Grands Prêtres (0/2)

    Prêtres et Prêtresses (0/36)

    Apprentis guerriers/prêtres

    Les non-combattants

    Selon une prophétie, Fannÿ serait l’Élue de Morloc, l'ultime main - ou Bayaert. C'est elle qui doit apporter la Religion au peuple païen.

    Ils prient aussi souvent que possible Morloc

    Voici un exemple de vie à suivre.



    Chasseuse de Monstres

    L'Inquisitrice

    avatar

    Guerriers
    Féminin Âge : 26
    Messages : 2457
    Clés : 0
    Date d'inscription : 01/11/2012


    Profil

    Message par L'Inquisitrice le Ven 7 Avr - 20:54

    //Désolée bug//


    Dernière édition par L'Inquisitrice le Ven 7 Avr - 20:59, édité 1 fois



    Chasseuse de Monstres

    L'Inquisitrice

    avatar

    Guerriers
    Féminin Âge : 26
    Messages : 2457
    Clés : 0
    Date d'inscription : 01/11/2012


    Profil

    Message par L'Inquisitrice le Ven 7 Avr - 20:59

    Je passe à la sous-section : "Divinités"

    Booster forum et top-sites a écrit:http://aubedesmondes.rpgistes.com/t649-booster-forum-et-top-sites

    Une fois par jour cliquez ICI pour voter pour ADM



    Donnez votre avis


    Toutes les 2 heures vous pouvez voter pour adm en cliquant sur les logos.
    [color=blue](Clic dans le cas présent est un verbe, faut donc le conjuger.
    Par soucis de continuité, j'ai donné comme sujet la deuxième personne du pluriel, il faut éviter de mélanger les deux.
    MORLOC, LE MZÉKILS DEVENU DIEU a écrit:http://aubedesmondes.rpgistes.com/t17-morloc-le-mzekils-devenu-dieu

    Morloc, pour les vaibïaëns, s'est élevé au rang de Dieu à sa mort. Pour ses fidèles, il est le seul méritant d'être vénéré. A proprement parler, il est [b]plus
    un esprit malin hantant les ruines de l'ancien monde. Banni des enfers et du monde de morts par Gar'Haz et Jurk, il ne peut trouver le repos. Il attire les âmes perdues en son sanctuaire afin de créer une armée. Il peut commander aux hytrez et autres non-vivants. Incapable de toucher un objet ou un arcaëllien, il utilise divers stratagèmes pour sacrifier celles et ceux qui, pour lui, l'ont trahi. Morloc donna une fausse prophétie à l'une des armes vivantes. Cette dernière faisait part de la venue au monde d'un ou une élu(e). Cet être aurait une grande force et une détermination incommensurable.
    (Autre possibilité par rapport à « il est plus » qui pourrait attendre un « que », le remplacer par « plutôt ». Cependant, les deux sont corrects)
    ÖZAN, LE DIEU DU CHAOS a écrit:http://aubedesmondes.rpgistes.com/t16-ozan-le-dieu-du-chaos

    Rien à signaler.
    DIVINITÉS COMMUNES a écrit:http://aubedesmondes.rpgistes.com/t15-divinites-communes

    PERSONNAGES NON JOUABLES SAUF PAR LE STAFF. EXCEPTION POUR LES DEMI-DIVINITÉS QUI NE POURRONT QU’ENTRER EN COMMUNICATION AVEC LEUR PARENT.
    (Il y a plusieurs personnages non jouables.)

    Le pays des Dieux n'est qu'à une enjambée de notre monde, il est donc fréquent (du moins selon les dires) que les Dieux nous visitent. De ces visites naissent parfois des enfants. Les dieux ne se préoccupent pas de leur engeance, mais ils peuvent parfois les visiter.


    THAÄ
    DIVINITÉ MÈRE/PÈRE

    Déesse/Dieu de la faune et de la flore et père/mère des Mzékils et des Tahoras, Thaä est hermaphrodite et engendra la nature au commencement du monde, ainsi que les autres dieux. Il engendra en premier des jumeaux, l’un aux ailes noires, l’autre aux ailes blanches. Ainsi furent-ils nommés Mzékils’Han (Ailes Noires) et Tahoras’Han (Ailes Blanches).
    Il lui arrive de venir guider les arcaëlliens dans leurs épreuves sous la forme d'animaux multicolores. De nombreux Arcaëlliens le vénèrent comme une divinité bienveillante, mais il possède néanmoins un aspect moins riant, qui lui fit engendrer certains de ses enfants tel Gar'Haz. Néanmoins, il est dieu de sagesse, puisqu'il sut apprivoiser cette malveillance, pour en faire acte de vie et de création. Il est donc souvent imploré par les personnes caractérielles (ou leurs proches) pour les aider à dominer et transcender leur nature violente.

    L'enfant de Thaä peut entrer en contact avec lui grâce à une plume.
    (Il manquait un mot)


    GAR'HAZ
    DIEU DES MORTS ET DES ENFERS

    Dieu des Enfers. Presque aussi ancien que Thaä, il n'a aucune pitié envers les mortels, qu'il envoie aux limbes sans sourciller. Cependant, l'histoire d'une unique hésitation, envers une petite fille dont il fit sa grande prêtresse après lui avoir rendu la vie, fait que les Arcaëlliens le prient, afin d'essayer de le mettre dans de bonnes dispositions. Cette divinité est considérée comme le père des Lorcqs, créés à partir d'une larme de sa conjointe mêlée à son sang. Par extension, on lui attribue souvent les épidémies, qu'il enverrait en Arcaëlle afin d'alimenter son royaume infernal.
    (Là les deux phrases peuvent être séparées. Elles sont déjà longues en elles-mêmes.)
    Pour entrer en communication avec lui si l'on est sa progéniture, il suffit de verser une goutte de son sang dans un récipient rempli d'eau.


    OTHAB
    DIEU DE LA CHASSE

    Dieu de la chasse et, par extension, de la nature sauvage. Humanoïde puissant à tête de félin, il est prié pour que le gibier soit abondant, mais aussi pour être protégé des monstres qui peuplent les contrées sauvages : Othab est ainsi le patron des chasseurs, des bergers, des voyageurs... Divinité considérée comme bénéfique, il peut être néanmoins aussi versatile que ses animaux ; il est souvent lié à May'Veal, son pendant aquatique, avec lequel il forme un couple étrange. On lui attribue la paternité des aracnors, qu'il aurait créé s à partir des plus besogneuses des créatures sauvages afin de récompenser leur incessant labeur. De ce fait, il est aussi la divinité des pièges et des collets, à l'image des filets complexes tissés par ses enfants.
    (Dans le cas d’un verbe au participe passé dans une phrase de cette forme, le verbe s’accorde avec le complément d’objet placé avant « que », ici « les aracnors »)
    Pour qu'un enfant d'Othab entre en communication avec lui il faudra sacrifier un animal quelconque. (Évitons tous de même les petits rongeurs type rat, il est quelque peu susceptible)


    ARH’LY
    DIEU DES MONTS ET MONTAGNES.
    PROTECTEUR DES GRIMPEURS.




    Habitant

    Lilith Aube

    avatar
    Habitant

    Féminin Âge : 31
    Messages : 335
    Clés : 0
    Date d'inscription : 04/02/2016


    Profil

    Message par Lilith Aube le Sam 8 Avr - 10:10

    Merci, c'est corrigé =)



    Chasseuse de Monstres

    L'Inquisitrice

    avatar

    Guerriers
    Féminin Âge : 26
    Messages : 2457
    Clés : 0
    Date d'inscription : 01/11/2012


    Profil

    Message par L'Inquisitrice le Sam 8 Avr - 13:19

    De rien, ce soir tu auras la fin du dernier post (désolée, j'ai eu un bug et j'ai du poster pour rien perdre) et je continue Smile



    Chasseuse de Monstres

    L'Inquisitrice

    avatar

    Guerriers
    Féminin Âge : 26
    Messages : 2457
    Clés : 0
    Date d'inscription : 01/11/2012


    Profil

    Message par L'Inquisitrice le Sam 22 Avr - 16:51

    Je te prie de m'excuser pour le retard que j'ai pris.

    Divinités communes - suite a écrit:ARH’LY
    DIEU DES MONTS ET MONTAGNES.
    PROTECTEUR DES GRIMPEURS.

    Dieu des montagnes. Par son souffle, il insuffla la vie à des petites figurines de roche. Ainsi naquirent les nains. Il est principalement vénéré par les montagnards et les mineurs, qu'il protège des accidents, des éboulements et des chutes de pierre. Patron des carrières, les architectes et les travailleurs de la pierre, qu'ils soient ouvriers ou sculpteurs, lui adressent aussi leurs offrandes, afin que leur œuvre soit stable, solide et durable. Lors de la construction d'un bâtiment, que ce soit un vaste édifice ou une modeste demeure, la première pierre posée est gravée à son image, afin de porter chance à la construction et à ceux qu'elle abrite. Néanmoins, ses colères sont toutes aussi destructrices qu'est solide son soutien : il provoque les avalanches, les tremblements de terre et l'écroulement des bâtiments.

    La progéniture de ce Dieu peut communiquer avec lui via un minéral ou une pierre plus ou moins précieuse.


    DAŸL
    DÉESSE DE LA SAGESSE

    Déesse de la lune, de la sagesse, de l'apprentissage et du labeur. Cette divinité appuie toutes les races sans distinction. Très attentive aux mortels, ces derniers lui confient leurs réalisations manuelles ou intellectuelles, l'invoquent pour avoir l'inspiration, lui vouent leurs réflexions en philosophie... Elle descend parfois en Arcaëlle, à la pleine lune, pour chercher les plus méritants de ses adorateurs. C'est une déesse égalitaire, qui dispense sa bénédiction à tous sans distinction : ses cultes sont également aussi ouverts que possibles. Elle est la créatrice des Elfes, lorsqu'elle vit ses propres rayons caresser les feuilles d'un arbre : de cette image, elle tira ses enfants, dotés de sa beauté lunaire et de la longévité de l'arbre, sans cesse jeunes et puissants.

    Les enfants de Daÿl peuvent entrer en contact avec elle grâce au reflet de la pleine lune dans un court d'eau.
    (Ce sont les siens, donc il faut écrire « ses » et non « ces » qui est un démonstratif.
    Attention, dans la dernière phrase, tu parles de « ses enfants », il faut donc que les adjectifs s’y référents soient au pluriel.)



    SAÄN & KAÄN
    DÉESSE DE L'AMOUR
    DIEU DE LA PURETÉ.

    Enfants de Ker'Tan, chacun d'eux est le prolongement d'une de ses attributions : Saän incarne l'amour dans sa forme idéalisée, et Kaän la pureté des jeunes personnes avant des épousailles légitimes. Ces deux divinités sont presque toujours invoquées ensemble, notamment par des jeunes – ou des parents espérant de tout cœur que leur progéniture attende patiemment le mariage. Dans l'ensemble, leur culte est annexe de celui de Ker'Tan, et leurs temples jouxtent ceux de leur mère.
    Etant trop "jeunes", ils ne peuvent se reproduire avec les mortels.
    (« que » est toujours suivi par un verbe au subjonctif)


    UOC'THUY
    DIEU DES SERMENTS,
    DES PACTES,
    DE LA JUSTICE.

    D'apparence reptilienne, enfant d'Othab et de May'Veal, Uoc'Thuy est un dieu qui ne peut mentir, et qui punit ceux qui se parjurent : invoqué avant les procès, il est le patron des gens de justice, plus rarement des mercenaires qui prétendent avoir un semblant d'honneur. Associé également aux marchands – qui adorent jurer sur son nom-, il ne succombe jamais à la corruption, aussi les offrandes sont inutiles dans son culte. Il a créé à son image les Virenpiens, à l'inspiration des autres divinités.

    Pour que la progéniture de ce Dieu entre en contact avec lui, il faut gober un œuf avec la coquille.
    (Quand tu veux parler à part de la phrase principale, il ne faut pas oublier de fermer le tiret -de même avec les secondaires ou apartés entre virgules ou paranthèses-, sauf si l’aparté se termine sur un point.)

    Je n'ai pas mis ci-dessus ceux qui n'avaient pas besoin de correction.



    Habitant

    Lilith Aube

    avatar
    Habitant

    Féminin Âge : 31
    Messages : 335
    Clés : 0
    Date d'inscription : 04/02/2016


    Profil

    Message par Lilith Aube le Sam 22 Avr - 16:57

    Merci =)



    Chasseuse de Monstres

    L'Inquisitrice

    avatar

    Guerriers
    Féminin Âge : 26
    Messages : 2457
    Clés : 0
    Date d'inscription : 01/11/2012


    Profil

    Message par L'Inquisitrice le Sam 22 Avr - 17:31

    Je passe au groupe BESTIAIRE :

    ARMÉE D'ÖZAN a écrit: http://aubedesmondes.rpgistes.com/t202-armee-d-ozan

    LES DÉMONS D’ÖZAN

    Cette créature est l’une des plus dangereuses, ses yeux surveillent chaque coin de la scène de combat. Il utilise de la lave dont il asperge ses ennemis. Ses dents sont aussi coupantes que des rasoirs.

    Pour les tuer il suffit de :

    *Transpercer les yeux de la créature
    *Le noyer
    * Le décapiter

    Nomination : Hÿfernzo
    Durée de vie : 75 ans
    (Quand tu utilises l’expression « l’un(e) des plus » l’adjectif qui suit doit être au pluriel -et féminin si le nom auquel il se réfère est féminin)


    Ce démon mange tout ce qu’il y a sur son passage et tout ce que ses pattes touchent pourrit. L'avantage c'est qu'il n'a pas d'yeux et que son odorat est sous développé.
    Pour les tuer il suffit de :

    * Transpercer son cœur qui se situe sous sa gorge

    Nomination : Eugler ou glouton
    Durée de vie : 32 ans
    (La conjugaison du verbe « pourrir » à la troisième personne du singulier au présent est « pourrit »)


    Démon volant, ils ont été créés à partir de cadavre de mzékils et de tahoras puis se sont reproduits. Leur particularité vient de leur cri. Le son strident fait exploser tout ce qu’il y a dans les environs y compris les êtres vivants.


    Pour les tuer il suffit de :

    * Lui arracher la langue
    * Le décapiter

    Nomination : Sader ou Hurleur
    Durée de vie : 21 ans
    (Attention à l’accord du participe passé avec l’auxiliaire être, il s’accorde en genre et en nombre avec le sujet. Lorsqu’il y a deux auxiliaires : « avoir été », l’accord se fait aussi, de par l’auxiliaire être)

    CRÉATURES D'OUTRE-TOMBE a écrit:http://aubedesmondes.rpgistes.com/t127-creatures-d-outre-tombe

    HYTREZ

    Mort et pourtant se mouvant... Étrange, non ? Des corps sans âmes, se mouvant sans véritable volonté. Ces êtres particuliers aiment la chair des vivants et, surtout, le fluide qui coule dans leurs veines. C'est grâce au fluide habitant les vivants qu'ils peuvent « vivre ».

    Si l'un d'entre eux vous mord mais ne vous tue pas, vous deviendrez l’un d’eux. Mais avant, vous allez souffrir durant trois à huit jours. Une mort lente, douloureuse et effrayante.

    Pour les tuer il suffit de :

    • Transpercer le cœur de la créature
    • Couper sa tête
    • Détruire le peu de cervelle restant dans sa boîte crânienne.

    On raconte que certains enfants de Gar'Haz peuvent les invoquer et les maîtriser pendant un certain laps de temps.

    Durée de vie : infinie

    DRAGONS a écrit:http://aubedesmondes.rpgistes.com/t21-dragons

    Aëli: En Arcaëlle, lorsque deux roturiers parlent des créatures que sont les dragons, ils évoquent bien souvent les Aëli sans pour autant le préciser. Ces imposantes créatures reptiliennes ne sont pas très rependues et pourtant elles sont bien plus connues des arcaëlliens que leur cousines. En effet, dociles et douces, on peut régulièrement voir les individus en monter une. Les aëli ne sont pas particulièrement belliqueux et c’est pour cela qu’ils acceptent de servir les petits mortels de cette terre mais ils restent de grands prédateurs du monde animal : ne vous avisez pas d’en faire vos ennemis.

    Leur cuir est aussi résistant que la plus solide des armures, leurs crocs aussi longs que des lames et leurs griffes peuvent éventrer les montures communes d’un simple mouvement.

    Longueur: 10 à 15 m Hauteur : 5 à 8 m Poids : Plusieurs tonnes Longévité : 150 ans
    Rareté : Commun
    (Attention à la différence entre « aviser » et « viser »)


    Gazeran : Maître incontesté des volcans et de leurs environs, le Gazeran est certainement le dragon le plus craint en Arcaëlle à cause de son agressivité sans égale. Bien plus imposant et monstrueux que l’aëli, cette créature est couverte d’épaisses écailles sur lesquelles plus d’une épée s’est brisée et d’épines osseuses recouvrant la plus grande partie de son corps, même ses ailes. Cependant sa gueule reste cependant la plus terrifiante : les hurlements sourds qui s’échappent à travers plusieurs rangées de monstrueux crocs ont tétanisé plus d’un intrépide aventurier. De longues cornes ont poussé en divers endroits sur son visage et sont autant d’armes à la disposition de la bête que de déformations de son faciès.
    (Attention à ne pas doubler, à quelques mots de distance, le même mot.
    Etant donné que tu parles des crocs à travers lesquels les hurlement s’échappent, il n’est pas nécessaire de se référer à la bouche avec le « en ».
    Attention à ne pas confondre « autant que » et « d’autant plus que ».)


    On pourrait reprocher au Gazeran d’être le plus lent des dragons; en effet ses mouvements ne sont pas particulièrement vifs et, même lorsqu’il vole, sa vitesse est bien inférieure à ses cousins mais il serait bien imprudent de qualifier ça de « faiblesse ». Dites-vous simplement que Thäa fait bien les choses et que si le Gazeran avait été doté d’une grande agilité aucune forme de vie n’aurait pu survivre en Arcaëlle. De plus ce n’est pas tout à fait vrai puisque, si la plupart de ses membres sont lourds et lents, ce n’est pas le cas de sa queue qui est capable de délivrer des coups aussi rapides que destructeurs.
    (Attention à bien séparer, avant et après, la phrase secondaire.
    Attention à la conjugaison entre le futur et le conditionnel.
    A l’impératif, il faut lier le verbe et le sujet par un tiret.)

    Une vieille légende parle d’un homme qui fut capable de dompter une de ces bêtes et de s’en servir comme compagnon de bataille. Cet humain était nommé Dogän et désormais il fait partie des plus grandes légendes d’Arcaëlle. Cependant tous ceux qui ont tenté de suivre sa trace ont uniquement réussi à perdre la vie. A moins d’être un personnage légendaire, il est fortement déconseillé de tenter de dompter un démon des volcans.
    (« Tout » suivi d’un mot au pluriel deviendra « tous ».
    J’ai mis un « . » car les deux phrases sont distinctes et ne nécessitent pas d’être ensemble.
    Un verbe suivant directement l’auxiliaire être ou avoir -à moins d’un séparation avec le mot « de » sera toujours au participe passé.)


    Longueur : 30 à 50 m Hauteur : 10 à 20 m Poids : Plusieurs tonnes Longévité : 280 ans
    Rareté : Peu commun


    Kÿoshan : On sait peu de choses à propos de ce dragon ; rares sont ceux qui peuvent se vanter en avoir vu un et il ne doit pas en exister beaucoup à notre époque. On les décrit souvent comme les plus imposants de leur lignée, dominant tous les édifices mortels et pouvant réduire en cendre n’importe quelle ville ou village en moins de temps qu’il n’en faut à un arcaëllien pour se rendre compte de la situation. Evidemment toutes ces descriptions sont des légendes tissées et engraissées au fil des siècles et il n’y a qu’un pas entre vérité et excès.
    (Attention à l’espace avant « ; ».
    Etant donné que le verbe qui suit le sujet « rare » est au pluriel, le sujet doit aussi être au pluriel.)


    En réalité les Kÿoshan sont les plus grands des dragons, non pas par leur aspect massif mais par leur longueur. Ils ressemblent plus à d’énormes serpents flottant dans le ciel grâce à une maîtrise presque surnaturelle du fluide du vent avec une tête gravée dans la pierre par les plus grands sculpteurs de l’histoire. Ils ne sont pas plus hauts qu’un Gazeran mais tellement plus long que l’on a l’impression qu’ils surclassent en taille tous leurs confrères. Ils se montrent rarement aux arcaëlliens et vivent la plupart du temps sur les plus hauts sommets du monde ou plus simplement bien trop loin dans les cieux, aux côtés de leur créateur.

    Ils ne possèdent pas de membres leur permettant de tuer mis à part leur immense gueule, mais ils compensent ce manque par une maîtrise naturelle des fluides Thâ et Mez. Comme si l’énergie de ces éléments parcourait chaque centimètre de leur corps. Ils jouent avec comme si de rien n’était. Par contre, si les flots ardents ne peuvent venir à bout de leur proie, ils peuvent toujours lever des bourrasques monumentales capables de déchirer les chairs.

    Longueur : 200 à 250 m Hauteur 10 à 15 m Poids : Plusieurs tonnes Longévité : 350 ans
    Rareté : Extrêmement rare


    Razuhy: Ce dragon à l’allure noble et aux écailles d’ébène est le plus petit de tous les dragons, c’est aussi le second et dernier de son engeance à pouvoir être monté par un arcaëllien. Les razuhy vivent généralement dans des lieux où le vent est puissant, comme les falaises en bord de mer ou les grands plateaux. Ils ont un lien particulier avec cet élément et il est dit que le plus belliqueux de ces dragons peut être calmé par un maître de Thâ. Cette rumeur a été confirmée par les diverses tentatives de dressage de ces reptile volant ; seul ceux maîtrisant le fluide du vent y sont parvenus.

    Même si ils peuvent sembler moins impressionnant que leur cousin, ces dragons possèdent deux atouts qui peuvent faire défauts aux autres. Ils possèdent une agilité impressionnante, que ce soit sur terre ou dans les airs, et leurs crocs, épines, griffes ou tout ce qui peut leur servir d’arme recèlent un poison. Il n’est pas le plus virulent sur Arcaëlle mais il leur suffit amplement pour abattre leurs prédateurs et leurs proies. Cette arme naturelle attise d’ailleurs la convoitise des chasseurs les plus intrépides : le corps d’un razuhy recèle tellement de choses que l’on peut vendre sur le marché noir que la vie semble tout d’un coup bien moins importante. Que ce soit le poison, les pointes aiguisées comme des rasoirs ou les écailles d’un dragon, tout est bon à prendre, au péril de la vie.

    Longueur : 15 à 20 m Hauteur : 4 à 6 m Poids : Plusieurs tonnes Longévité : 50 ans
    Rareté : Courant


    Sylphide: On ne le dit rare que parce qu'il ne dépasse que rarement la vingtaine d'année. Ils possèdent une magnifique allure argentée telle la lune. Des légendes racontent que leur pureté les pousse à être farouche et à craindre les autres espèces. Très rapidement, on dit qu'ils sont capable de manier à la perfection le fluide Aän et qu'ils seraient plus attirés par ceux qui peuvent aussi le maîtriser. On dit qu'ils craignent énormément les créatures du chaos et peuvent vite devenir agressifs devant une de ces créatures.
    (« Tel » s’accorde en genre avec le nom auquel il se rapporte.
    « Raconte » s’accorde avec le sujet.


    Malgré leur côté farouche, ils n'en sont pas moins dangereux. Leur haine des créatures d'Ozän peut vite les rendre enragés et ils n'hésiteront pas de se servir de leur queue tranchante et de leurs griffes acérées pour se défendre. On dit que plusieurs villages ont déjà étés anéantis par des Sylphides effarés de la présence de créatures du chaos. Malgré tout ils n'aiment pas voir des innocents souffrir et feront tout pour réparer les erreurs causées.

    Le moyen le plus courant de les croiser est d'en rencontrer un dompté. Leur côté farouche les oblige souvent à abandonner leurs oeufs sans défense. Ainsi il est plutôt fréquent d'entre obtenir un, s'il survit jusqu'à devenir adulte. Fidèles, une fois dressés, on dit qu'ils resteront avec leur maître jusqu'à leur mort, même s'ils doivent faire face à un immense danger.
    (Attention aux accords et conjugaisons.)

    Longueur : 15 à 20 m Hauteur : 5 à 10 m Poids : Plusieurs tonnes Longévité : Entre 20 ans et 25 ans
    Rareté : Rare



    Habitant

    Lilith Aube

    avatar
    Habitant

    Féminin Âge : 31
    Messages : 335
    Clés : 0
    Date d'inscription : 04/02/2016


    Profil

    Message par Lilith Aube le Sam 22 Avr - 17:47

    Merci ^^



    Chasseuse de Monstres

    L'Inquisitrice

    avatar

    Guerriers
    Féminin Âge : 26
    Messages : 2457
    Clés : 0
    Date d'inscription : 01/11/2012


    Profil

    Message par L'Inquisitrice le Sam 20 Mai - 15:42

    CRÉATURES COMMUNES a écrit: http://aubedesmondes.rpgistes.com/t20-creatures-communes
    • Les terrestres
    - Les agressifs

    Aracnÿ Ces imposantes araignées parfois aussi grandes qu’un arcaëllien moyen vivent dans les recoins les plus humides de la forêt des Elfes d’Amonco. Comme leurs cousines plus petites, elles peuvent se déplacer sans soucis à travers les arbres, les branches et les longues toiles qu’elles tissent sur leur territoire. Une fois qu’elles se sont attribuées un territoire,  elles en font leur nid,  n’en sortent que rarement et restent assez calmes. Cependant si un aventurier venait à pénétrer dans leur domaine,  il devrait s’en méfier. Si le venin des plus jeunes ne peut que paralyser leurs proies, celui de leurs aînées peut terrasser une créature de plus de deux fois leur corpulence.
    (Le participe passé avec l’auxiliaire être s’accorde en genre et en nombre. « S’attribuer », même avec le « se », n’échappe à cette règle.
    Attention à la répétition inutile de « et ».
    C’est toujours mieux d’avoir des phrases plutôt courte pour que le lecteur ne perde pas le fil. Les mots connecteurs comme « cependant » sont un bon moyen de commencer une phrase et de voir si on peut arrêter la précédente. Attention, « mais » n’est pas à utiliser en début.)


    Bsurt Le Bsurt est une créature extrêmement connue en Arcaëlle : son apparence massive et son pelage argenté lui valent souvent le titre du plus grand des chasseurs parmi les créatures terrestres. Il est possible d’en croiser seul, ou en meute. Ce sont des animaux d’une grande adaptabilité et on en trouve même parfois certains dressés comme monture. Cependant n’allez pas penser que parce que l’arcaëllien peut le monter la bête est devenue docile, le bsurt est un prédateur, peu importe sa situation.
    (Attention à l’accord entre le nom et l’adjectif.)acan Ce monstre reptilien se cache dans la vase des marais du monde d’Arcaëlle et, malgré son apparence et ce que peuvent dire les aventuriers un peu trop couards, le kalacan est parfaitement inoffensif. Herbivore, il se nourrit des plantes poussant uniquement autour des eaux stagnantes et d’algues d’eau douce. Cependant il n’est pas sans défense contre ses prédateurs : si son aspect n’a pas découragé celui qui le chasse, la substance à l’odeur nauséabonde qu’il sécrète grâce à une glande se trouvant dans sa gorge s’en chargera.


    - Les passifs

    Äphans Cette exotique espèce de panthère est recouverte d’écailles bleutées bien plus résistantes que le cuir de leur homologue. Elles sont aussi munies de crêtes épineuses orangées en divers endroits du corps, ce qui rend difficile la défense contre leurs assauts. Les Äphans se déplacent toujours en groupe de huit membres organisé de manière très stricte : on y trouve cinq femelles ainsi que trois mâles. L’un deux est dominant et mène le groupe lors de ses déplacements et de ses meurtrières chasses. Nombreux sont les convois à s’être fait décimer par une meute de ces félins extrêmement dangereux. Si vous croisez un individu isolé il sera largement moins redoutable ; ce sont souvent de jeunes mâles forcés de quitter le groupe par le dominant.
    (Accord entre le pronom et le nom.
    « Chasse » est un nom et non un verbe qui prendra un s au pluriel.
    Après le verbe faire -ici « être fait »- un verbe qui viendra en suivant sera à l’infinitif.)


    Boros Ces créatures se trouvent entre les grands félins et les ursidés et vivent exclusivement dans les grandes forêts d’Arcaëlle. Ils sont généralement couverts des mousses typiques de leur lieu de vie, ce qui leur permet de se camoufler aisément. Ils possèdent d’impressionnants crocs et de longues griffes qui sont surtout utiles pour se déplacer à travers les arbres et attraper les baies et autres fruits dont ils raffolent. Malgré leur aspect, ce sont bel et bien des herbivores qui évitent les affrontements sauf sl s’agit de la défense de leur petits.
    (La différence entre « que » et « dont », c’est que le premier se rapportera à une chose qui suit et qui sera dans la même parti de phrase, quant au deuxième, il se rapportera à quelque chose de déjà mentionné auparavant dan une phrase différente.)

    Drek Ces petits êtres peuplent les forêts de tout Arcaëlle. Ils ne sont pas beaucoup plus grands qu’une main et ne pèse pas plus que quelques pièces. D’apparence humaine et dotés de grandes ailes de papillons multicolores, ils vivent une vie remplie de joie et de paix et accueillent volontiers les voyageurs qui traversent leur bois. Cependant si leur forêt est en danger ils risqueront leur vie afin de la protéger : leur lien avec les plantes est particulier. Ne pas les prendre à la légère puisqu'ils maîtrisent le fluide avec une grande facilité et ne sont pas aussi fragiles que ce que l’on voudrait croire.

    Lufan Cousin éloigné du Coz, le Lufan s’est adapté aux climats les plus froids du monde, sa robe est blanche et une épaisse fourrure recouvre une grande partie de son corps. Plus petit mais plus agile, ces animaux chassent généralement seuls, ou avec leur femelle et ne font pas la distinction entre les autres créature ; ils sont capables de chasser n’importe quelle espèce de leur milieu. Leurs longs crocs sont constamment recouverts d’un poison paralysant très efficace pour mettre au tapis les plus gros des monstres. Contrairement au Coz il sont facile à dresser et il n’est pas rare de voir un chasseur du grand froid accompagné d’un ou deux de ces animaux.
    (« seul » s’accorde en genre et en nombre avec le nom, ici sujet ils, auquel il est rattaché.)

    Phoenix Ce légendaire oiseau de feu est certainement l’animal le plus prisé de la noblesse d’Arcaëlle : son allure noble, son caractère sociable et sa vaillance au combat sont autant de qualités qui le rend désiré. De plus, une fois qu’il est dressé ou qu’il s’est lui-même trouvé un maître, le phœnix reste éternellement fidèle à celui-ci. Au-delà de ça, il est la créature vivant le plus longtemps en ce monde et de ce fait on en trouve assez peu car se reproduire n’est pas leur principal souci. On dit que le fluide Mez coule sous sa forme la plus pure dans les veines de ce rapace et qu’il s’échappe avec l’instinct combatif et la colère de l’animal.
    (Tu parles du phoenix au singulier tout du long et mets le verbe au pluriel.)

    Piyou Ce grand félin que l’on pourrait confondre avec le Lufan n’est pas aussi mortel que lui, cependant il chasse le plus clair de son temps en groupe ce qui le rend tout autant dangereux. On le trouve surtout dans les régions sèches et arides d’Arcaëlle comme les déserts chauds ou rocailleux. Le Piyou est une espèce qui a été dressée massivement par l’empire divin afin de pourchasser et exécuter les malfrats en tout genre.
    (« Elle a été dresséE », accord avec le sujet lorsqu’il y a présence de l’auxiliaire être.)

    Poë’ra Animal de compagnie le plus répandu dans le monde d’Arcaëlle, cette petite créature est douce, docile et affectueuse avec son maître. Son pelage est généralement d’un bleu très clair. Cependant on a pu trouver des individus pouvant changer de couleur dans certaines conditions.

    Je passe aux annexes importantes !



    Habitant

    Lilith Aube

    avatar
    Habitant

    Féminin Âge : 31
    Messages : 335
    Clés : 0
    Date d'inscription : 04/02/2016


    Profil

    Message par Lilith Aube le Sam 20 Mai - 16:07

    Merci pour cette correction.



    Chasseuse de Monstres

    L'Inquisitrice

    avatar

    Guerriers
    Féminin Âge : 26
    Messages : 2457
    Clés : 0
    Date d'inscription : 01/11/2012


    Profil

    Message par L'Inquisitrice le Sam 20 Mai - 16:28

    HISTOIRE DU MONDE a écrit:L'AUBE DES MONDES.

    LE COMMENCEMENT


    Du temps infini naquit notre monde, une sphère sans vie et sans air. Au commencement il n’était qu’obscurité et noirceur. De ces ténèbres apparut une forme étrange, un être à la peau pâle et aux yeux rougeoyant. En position fœtale dans l’espace noir, il se déplia, écartant les bras. Le nouveau-né n’avait rien d’un bambin, il était déjà en pleine maturité. Sa chevelure se confondait avec la nuit éternelle et sa nudité laissait entrevoir qu’il était mâle. Il ignorait tout de son existence. Il leva sa main droite vers son regard et y compta cinq doigts fins et osseux. D’où venait-il ? Qui était-il ? Il comprit rapidement que sa mère était la nuit et son père le chaos. Issu de l’union de ces ténèbres infinies, il avait pu naître. La nuit et le chaos n’étaient pas à proprement parler ses parents mais plutôt ce qui l’engendra en lui donnant une constance. Il se choisit pour nom Özan. Il ne connaissait ni la peur ni l’amour. Il était le chaos et la destruction. Seul dans la nuit éternelle du monde, il ne chercha pas la lumière, cela lui convenait. Il aimait ce calme. Le temps passa et bien vite il se demanda jusqu’où pouvait aller sa puissance.

    De sa bouche, alors que naissaient les volcans sans qu’il en ait la volonté, naquit un être tout aussi différent que curieux. Son aile droite était noire comme les ténèbres et la gauche blanche. Son corps était mixte, à la fois femelle et mâle. Özan se plia en deux afin de cracher cette créature de sa gorge. Couvert d’une matière visqueuse, le nouvel arrivant se leva et observa les vives couleurs rouges des volcans se refléter dans le regard de son père. La nuit ne lui plaisait pas, il voulait de la chaleur, de la lumière. Étendant ses ailes, le nouveau-né créa une bourrasque et le soleil entra dans l’atmosphère. Özan, mécontent, attaqua son fils mais, ce dernier, disparut comme par enchantement. Il se téléporta sans même s’en rendre compte et atterrit à l’autre bout du monde où tout était froid et blanc. Durant des jours et des nuits, il créa les cieux, plaçant le soleil pour le jour et la lune ainsi que les étoiles pour la nuit. Ainsi, l’obscurité n’était plus qu’un vague souvenir.
    (« Sans » veut dire l’absence tandis que « s’en » s’utilise avec un verbe pronominal et le en pour se rapporter à une autre partie de la phrase.)

    La glace, grâce au soleil, se mit à fondre créant les étendues d’eau. Le liquide rencontrant la lave incandescente engendra les sols. Les continents prirent forme mais pas vie. Tout n’était que désert de roches avec parfois de la glace. L’être aux ailes disparates se nomma de lui-même Thaä car cela sonnait bien. Thaä, père de la création, n’était pas satisfait, rien ne vivait en dehors de son créateur et de sa divine personne. Alors, il créa les autres, les Dieux d’Arcaëlle. Chaque divinité était assignée à une chose. May’Veal, par exemple, était la déesse des mers et océans. Seize dieux œuvrèrent ensemble pour le père. Tous ensemble, ils bâtirent le monde, semant la nature, donnant la vie aux animaux et, prit d’une envie de création, tous créèrent une race ou deux d’arcaëlliens.
    (« Ils bâtirent » se rapporte à l’ensemble des dieux, donc doit être mis au pluriel, tandis que le verbe doit être conjugué.)

    Thaä engendra les mzékils aux belles ailes noires et les tahoras aux douces ailes blanches. Le premier de chaque lignée avait pour nom Mzékils’Han et Tahora’Han. Les deux arcaëlliens, encore jeunes et purs, s’allièrent pour guider les autres créations. Mais, dans ce monde quelque peu sauvage, il leur fallut créer les premières armes afin de se défendre contre les voraces carnivores. Ce fut le fier Mzékils’Han qui inventa la première lance et sauva son frère Tahora’Han d’un terrible bsurt, un loup de la taille d’un cheval à l’appétit insatiable. L’animal à la fourrure grise fut dépecé afin de confectionner des vêtements pour Mzékils’Han et Tahora’Han. Car, au commencement, l’arcaëllien vivait nu comme un bébé venant de naître.
    (Attention à bien former des phrases : sujet, verbe et complément + autre.

    Le temps passa, des enfants virent le jour. Mzékils’Han eut trois fils : Zaran, Utoc et Ballan. Trois fières arcaëlliens à la crinière aussi noire que leurs ailes. Tahora’Han, quant à lui, eut deux filles et un fils : Kïna, Lëlna et Urgan. Les deux filles avaient des yeux vairons et la chevelure blonde quant au jeune garçon il avait les yeux marrons et la chevelure brune. Les autres races enfantèrent aussi et le monde se peupla petit à petit. Kïna, en âge de se marier, épousa le fils d’un autre tahora : Balkar. Il était sage et avisé et commença à parler de construire des habitations en fixe pour les arcaëlliens. Ainsi naquirent les premiers villages puis les villes et enfin un Royaume. Thaä, encore très présent dans le monde, choisit la lignée Tahora’Han pour gouverner ce qui n’enchanta guère Ballan, troisième fils de Mzékils’Han. Envieux, jaloux et manipulateur, il monta ses frères et son père contre les Tahora’Han sous le regard coléreux des Dieux. Une nuit, Ballan s’introduit dans la chambre de Kïna et il la viola avant de la tuer elle et l’enfant qu’elle portait. Les Divinité, mécontentes de son acte de barbarie, lui lancèrent une malédiction ainsi qu’à ceux de sa race. Les mzékils ne pourrait se reproduire qu’avec les tahoras et les mzékils, s’ils venaient à féconder une autre race, donneraient naissance à une sous espèce : les elfins, des êtres stériles aux ailes grises ne pouvant les porter pour voler. Honteux d’avoir maudit les siens, Ballan s’exila sur une île lointaine avec son épouse et son fils.

    L’île de Ballan finit par devenir un Royaume et le reste du monde un Empire sous la coupe bienveillante des Tahora’Han. Lëlna avait repris la suite de sa défunte sœur sur le trône d’Arcaëlle, donnant naissance à des jumelles et un fils. Ballan, lui, n’eut qu’un seul enfant, sa femme l’ayant répudié après son geste odieux. Il éleva ce fils dans la haine de l’Empire Tahora’Han. Ötha, l’unique héritier du Royaume Mzékils’Han, inculqua cette haine à ses propres enfants qui à leur tour donnèrent ce poison à leur engeance.

    Quinzième de sa lignée, Uther, fils d’Äyan, fomenta un plan pour ravir le trône de l’Empire. Il avait eu un fils dix-sept ans plus tôt, Arhnt. Après avoir envoyé une missive à l’Impératrice Saräh afin d’unir le Royaume et l’Empire, il envoya son fils cadet à Kaïl, continent principal de l’Empire. Là, il fut accueilli par la fille de l’Impératrice, Keira âgée de quinze ans. Leur amitié naquit d’un simple regard. Durant des années, ils étudièrent ensemble, faisant enrager les précepteurs par leurs multiples pitreries. L’Impératrice en place voyait dans cette alliance un couple fort qui règnerait avec sagesse. Mais, les Dieux étant joueurs, cela ne fut jamais écrit. De plus, le peuple se détournait du culte ce qui déplaisait fortement aux Divinités. Tout a une fin qui en réalité est un commencement. Le père d’Arhnt avait un machiavélique plan et son fils en était l’instrument. Le jeune mzékils, insouciant et innocent, n’en savait rien et commença à tomber amoureux de la belle Keira. L’arcaëllienne aux yeux vairons, l’un bleu et l’autre vert, le faisait frémir et rêver. Le jeune arcaëllien au regard pourpre s’imaginait tant bien que mal épouser sa belle blonde. Cependant, le brun fut déçu lorsque cette dernière jeta son dévolu sur un noble tahora. Refoulant sa peine, il accepta d’être le témoin de cette tahora qu’il aimait plus que tout, espérant devenir un jour son amant.

    Dix années s’étaient écoulées depuis leur rencontre et cinq autres étaient passées depuis le mariage de la Dauphine. Arhnt était devenu conseiller à la cour et, Keira allait monter sur le trône sous peu. Lorsque la tahora fut couronnée, Arhnt lui fit don d’une bague fine et ornée d’une toute petite émeraude. Néanmoins, ce jour-là, le Prince Mzékils’Han reçu une missive de son père. Un courrier lui expliquant les tenants et les aboutissants de son rôle dans le plan machiavélique du Mzékils’Han. Le jeune arcaëllien, tenu par le sang, dû se plier à la volonté d’Uther.

    Gardant le secret, devenant de plus en plus distant, Arhnt attendit l’arrivée de la flotte de son Roi. Le palais Impérial fut assaillit en l’espace de quelques heures, trois mois après qu’Arhnt eut reçu la missive. Keira parvint à fuir avec quelques soldats mais, fou de colère, le Prince Royal tua l’époux et la fille de sa bien-aimée puis il assassina son propre père. Avant de lui couper la gorge, il lui reprocha de l’avoir fait aimer son ennemie.

    La guerre dura cinq longues années, dévastant villes et villages sur son passage. La colère des Dieux était grande et, pour punir les dirigeants, ils envoyèrent la peste. Le monde souffrait et agonisait. Sur la plaine Nord, les troupes de Keira avaient planté leurs tentes tout comme l’armée d’Arhnt. N’en pouvant plus de ces batailles continuelles, elle rédigea un mot qu’elle fit porter à son ancien ami par un valeureux soldat qui ne reçut, en récompense, qu’une mort atroce. Le mzékils sourit en lisant les mots tracés à l’encre noire sur le vieux bout de parchemin. La guerre avait asséché son cœur et seul le pouvoir lui donnait l’envie de vivre. Il sauta de son fauteuil et alla quérir ses conseillers pour une ultime réunion.

    « Notre chère Keira fait une proposition bien plus qu’alléchante chers conseillers. Elle me propose un duel au court du quel le trône d’Arcaëlle sera mis en jeu. Le vainqueur deviendra le maître incontesté de l’Empire. Cela aura lieu à l’aube demain matin. Faites dire au forgeron de préparer ma plus belle lame !
    - Oui, mon seigneur ! Clamèrent les conseillers. »

    Le ciel nuageux ne laissait pas voir le lever de soleil, Keira était dans sa tente avec son amie et confidente, une xen aux ailes orangées. L’arcaëllienne, inquiète pour sa souveraine, la supplia :

    « Renonce à ce stupide duel ! Dans ton…
    - Silence ! Cria presque Keira, Je me dois d’alléger au plus vite la souffrance de mon peuple ! Ce combat est l’unique issue à cette guerre stupide ! »

    La xen s’inclina, les larmes aux yeux. L’Impératrice sortie de sa tente pour ne pas voir son amie pleurer. Elle attrapa la longe d’Ejon, sa jument noire et monta en selle. L’heure approchait inlassablement. Ses troupes étaient alignées, espérant voir Keira renoncer. C’est là qu’elle vit la gamine d’à peine quinze ans. Une elfe à la chevelure des blés et au regard vert. Dans ses yeux on pouvait lire la peur. Keira s’approcha de la petite et lui intima de la suivre. L’enfant obéit. Keira s’arrêta près de la forge où travaillait un jeune elfin. Elle le congédia afin d’avoir le champ libre pour parler à l’elfe.

    « Quel est ton nom ?
    - Ayelline, Majesté. Répondit-elle en s’inclinant toute tremblante.
    - Prends ce bracelet ocre, lorsqu’il virera au bleu tu devras guider l’être près de toi.
    - Je… Je ne comprends pas, Majesté…. Bredouilla l’elfe.
    - En temps et en heure tu saisiras mes mots. Cherche et trouve celle qui sera de mon sang. Va-t’en maintenant. Prends Plume-D’hiver et galope vers le sud. »

    L’enfant s’exécuta sans dire un mot de plus, quittant le campement avec pour guide un bracelet ocre. Keira se rendit vers le centre de la plaine, suivie par ses troupes. Là Arhnt l’y attendait. L’Impératrice eut un pâle sourire en se souvenant vaguement d’un entraînement avec son ancien ami, mais le passé était désormais loin derrière elle. Elle sauta au bas de sa selle, imité par le souverain Mzékils’Han. Ses yeux rouges luisaient d’une lueur malsaine, presque mesquine. Priant Thaä de venir en soutien à ce combat, la tahora se mit en garde. Cela fit sourire Arhnt de façon machiavélique. Il sentait la détresse et l’angoisse de son ancienne alliée.

    « Beau matin pour mourir, n’est-ce pas Keira ?
    - Je ne périrais pas sous ta lame, frère. »

    Clama-t-elle avec hargne. Les ailes noires du mzékils se déployèrent, le rendant encore plus impressionnant ; il attrapa son épée et la fit tournoyer comme si elle ne pesait rien. Attrapant la garde à deux mains, il se mit en position d’attaque. Le glas de la fin sonnait dans les esprits des soldats. Déployant ses blanches ailes, l’Impératrice utilisa Ka, le fluide de foudre. Malheureusement, l’éclair fut dévié par le fluide du vent du jeune mzékils. Sans attendre, il s’envola vers les nuages brumeux des cieux. Keira le suivit d’un battement d’ailes. Le combat pouvait commencer loin des regards, dissimulé par la voûte céleste. Au travers des nuages feu et foudre animaient le ciel de couleur vive. Le bruit du fer se croisant résonnait tel le grondement d’un orage. C’est alors que la pluie se mit à tomber fortement. Keira porta une estocade à Arhnt qui esquiva sans difficulté. Il se mit à rire et plongea vers la tahora, lui portant un coup à l’aile gauche. L’Impératrice fit une chute de quelques mètres vers le sol et parvint à atténuer le choc contre la terre en battant de son aile droite. Le mzékils se posa près d’elle, il mit un genou au sol et attrapa la blonde chevelure de l’ancienne souveraine d’Arcaëlle. Crachant un peu de sang au visage de son ancien ami, elle murmura :

    « Le monde que tu créeras sera à l’image de ta victoire : déloyal.
    - C’est toi qui, malgré ton état, a proposé ce duel. A mort, non ?
    - Tues moi mais un jour la vengeance viendra du ciel.
    - Je suis… magnanime, ta honte te tuera plus lentement que mon épée, mais tu périras en paria. En hors-la-loi. Si je te vois, ce sera à la pointe de mon épée, ma sœur. »

    Il relâcha les cheveux de la tahora et se leva. Brandissant son épée il hurla sa victoire. Keira était inconsciente quand on vint la retirer du champ de bataille. Elle fut emmenée par son amie et confidente vers une forêt sauvage où personne ne la chercherait. Le règne d’Arhnt commença dans le sang des innocents. Quiconque s’opposait à lui était décapité et sa tête était mise sur un pic à l’entrée de la capitale.

    Trois mois s’écoulèrent, Keira semblait perdre toute ses forces, mangeant à peine et buvant que lorsque le besoin s’en faisait réellement sentir. Le jour de l’accouchement arriva rapidement. Car, l’Impératrice déchue portait la vie en elle depuis maintenant neuf mois. Soufflant et haletant, elle pria vainement les Dieux de lui venir en aide. Ce jour d’automne, elle mit au monde deux fils. Kale, signifiant justesse et Paï, signifiant force. La mère perdit la vie dans ce combat et ce fut son amie qui emmena les deux orphelins. Elle leur cacha leur héritage jusqu’à sa mort. Personne ne devait savoir que Keira avait eu des descendants. Car de cette descendance viendrait la paix.

    Les années passèrent, les Dieu-Empereurs se succédèrent. Le monde fut asservit et l’esclavage devint une norme. La peine de mort, l’enfermement en arène et l’emprisonnement sans jugement entrèrent dans les mœurs. Le monde bascula dans la peur. En l’an 179 de l’ère Mzékils’Han, Morloc, qui était le troisième Dieu-Empereur, monta sur le trône. Il avait vingt ans et était le seul fils encore en vie du dernier dirigeant d’Arcaëlle. On lui offrit une jeune tahora à la crinière rousse en mariage, son prénom était Abby. Sans aucune douceur, la nuit de leurs noces, Morloc engrossa la pauvre jeune arcaëllienne de dix-neuf ans. Durant les neuf mois de sa grossesse l’Impératrice ne vit pas son époux qui préférait la compagnie de ses esclaves femelles. Il aimait faire souffrir, il aimait la torture et, par-dessus tout, avoir le dessus.

    Abby était dans sa chambre avec sa servante. Les contractions étaient très rapprochées, elle haletait, soufflait, souffrait. Mais, la joie se lisait sur son visage, elle allait donner la vie, le plus bel acte en ce monde. Après des heures de travail et l’aide d’une accoucheuse, un petit garçon tout aussi roux que sa mère vint au monde. Le Dieu-Empereur pénétra dans la chambre de son épouse et attrapa le bébé. Il enleva les linges afin de voir le sexe de l’enfant et, surtout, la couleur de ses ailes. Son regard devint furibond et exorbité lorsqu’il constata que son héritier était un tahora. Il insulta copieusement la jeune mère et lui assura :

    « Aucun de ta maudite race ne viendra sur mon trône. Jamais tu ne reverras cet enfant ! »

    Il passa la porte, son rejeton sous le bras et disparut dans le couloir menant à la tour la plus haute. Là, il jeta le nouveau-né en criant :

    « Utilise tes ailes si tu veux vivre et ainsi tu seras digne d’être mon fils ! »

    Repliée sur elle-même dans son lit, la jeune tahora pleurait amèrement cet enfant perdu à jamais. Celui qui était son époux n’était qu’un monstre avide de pouvoir et de dominance sur le monde. Elle se promit de ne plus jamais donner la vie mais le destin en décida autrement. Quelques années plus tard en l’an 190 de l’ère Mzékils’Han, un autre petit garçon vit le jour. Un nouveau-né aux ailes noires, au regard de feu et à la chevelure ébène. Morloc, satisfait, lui donna son prénom, il se nommerait Zack. Cet enfant devrait pourtant se montrer digne du trône tout au long de sa vie. La première année de vie du Prince de sang fut heureuse et sembla bénie par les Dieux eux-mêmes. Abby choyait le petit être qu’elle avait porté en son sein durant neuf long mois. Un lien très fort unissait la mère et l’enfant.

    Pendant ce temps, dans les bas-quartier de la capitale, un prophète annonçait à qui voulait l’entendre qu’une Elue des Dieux verrait bientôt le jour. Son regard serait celui de son ancêtre Keira. La rumeur vint jusqu’au palais. Cependant, au commencement, Morloc prit ça pour les délires d’un vieux fou. La prophétie se déversa dans le monde et l’espoir commença à naître dans le cœur des arcaëlliens. Le Dieu-Empereur ne pouvait tolérer cela. Il lança un avis de recherche sur le prophète afin qu’il soit conduit devant lui. Il ne fut pas bien difficile de trouver le vieil aveugle unijambiste. Le vieux xen fut conduit au palais où il fut jeté devant son souverain.

    « Parle-moi de la prophétie, xen !
    - Altesse, une tahora viendra des tréfonds de la terre pour vous défaire. Elle aura les ailes plus blanches que la neige et un regard exceptionnel. Directe descendante de Keira la Douce, annihilée par votre ancêtre, elle viendra reprendre ce qui lui revient de droit. »

    Le vieil ailé se mit à rire et Morloc entra dans une colère noire. Il se leva brusquement de son trône et se jeta sur l’unijambiste riant de lui. Attrapant à sa ceinture une dague, il commença à entailler les ailes bleues de papillons du vieillard qui hurla de douleur. Une fois qu’il eut fini de torturer le pauvre aveugle, il confia son destin au bourreau. Il fit venir les annonceurs, ceux qui criaient les nouvelles lois, ainsi que des soldats en grand nombre. Il décréta d’une voix froide et dure :

    « A partir de ce jour, toutes tahoras naissant en l’an 192 ou après appartiendra à l’Empire. Elle sera, de par sa naissance esclave. Celles qui seront dissimulées par leur famille feront l’objet d’une punition. Maintenant partez, informez le peuple ! »

    Il se mit à réfléchir, son épouse, cette chienne, était une tahora. Elle risquait de venir en aide aux enfants. Il ordonna alors son exécution. Abby, ayant eu vent de son funeste destin, prit la fuite trop rapidement. Elle abandonna le petit Zack aux griffes de son père. Volant nuit et jour, elle avait choisi un lieu où la Résistance s’était largement installée, un continent oublié de l’Empire : les Cités Blanches.

    Abby fut recherchée afin d’être exécutée mais personne ne lui mit la main dessus et cela fut un soulagement pour la jeune arcaëllienne qui attendait à nouveau un enfant du vil Dieu-Empereur. Cet enfant-là ne vivrait pas dans la peur ni la haine de l’autre. Il serait béni des Dieux et fera preuve de compassion, mais jamais ce bébé ne connaîtra l’identité de son père.

    Dans le secret et la nuit naquit l’enfant de la prophétie. Elle était tellement petite et avait un si grand destin… Ses parents la cachèrent, elle fut nommée Mélinda. Son père lui enseigna le combat dès qu’elle put comprendre les mots. Cependant la famille fut dénoncée par un arcaëllien à qui le père devait de l’argent. Les parents furent exécutés et l’aventure de l’Elue des Dieux commença lors de cette tragique nuit. Bien qu’elle souffrit de la perte de ses parents, elle prit la direction des Cités Blanches, havre de la Résistance. En chemin, elle rencontra un vieux mage qui lui enseigna le fluide durant deux ans puis elle reprit son chemin.

    Le temps passa et elle fut enlevée et vendue comme gladiatrice. Elle montra sa force et son destin se dessina un peu plus. Lors d’un transfert, elle prit la fuite avec d’autres combattants dont Ayelline, sa guide. Ayelline était une elfe de plus de deux-cent ans qui conduit en bon lieu la tahora. Là, elle rencontre Kaï’Jad Wasen, une aracnor. Cette dernière était l’une des cinq chefs de la Résistance. Elle prit Mélinda sous son aile tout comme l’ancienne épouse du Dieu-Empereur Morloc. Mélinda peaufina son art du combat et effectua quelques missions. Puis vint le jour de la guerre. Dirigeant les troupes, elle tua le Dieu-Empereur mais, malheureusement, elle fut capturée par les conseillers qui l’enfermèrent dans une cellule. Les conseillers de Morloc cachèrent la mort du souverain absolu d’Arcaëlle et la disparition du Prince héritier.

    Dans l’ombre, les Hayert’Vaäl s’organisaient pour prendre le pouvoir sous les ordres de Thäos le Grand Prêtre. Ils infiltrèrent le Palais et tuèrent tout le monde sauf l’Enac, la gardant pour la sacrifier à Özan.

    Aux Cités Blanches, Impériaux, Lykosims et Résistants érigeaient un plan pour reprendre Kaïl aux mains de Thäos. Une autre guerre se profila et le Grand Prêtre abdiqua et fuit. Le monde fut divisé en trois États : la Principauté, la Démocratie et le Royaume.

    Nous sommes aujourd’hui en l’an 427.



    Habitant

    Lilith Aube

    avatar
    Habitant

    Féminin Âge : 31
    Messages : 335
    Clés : 0
    Date d'inscription : 04/02/2016


    Profil

    Message par Lilith Aube le Sam 20 Mai - 16:31

    Merci



    Habitant

    Lilith Aube

    avatar
    Habitant

    Féminin Âge : 31
    Messages : 335
    Clés : 0
    Date d'inscription : 04/02/2016


    Profil

    Message par Lilith Aube le Mer 14 Juin - 13:16

    Bonjour,

    Des nouvelles pour la correction ?



    Jamais sans son fouet !

    Cat'

    avatar
    Jamais sans son fouet !

    Marchands
    Féminin Âge : 31
    Messages : 18965
    Clés : 7
    Date d'inscription : 01/09/2007


    Profil

    Message par Cat' le Ven 16 Juin - 22:02

    Coucou

    Pourrais-tu me dire ce qu'il restait à corriger ?



    > Royale-Pub recrute : 1 Analyste,  Des Anims, 1 Codeur/se, 1 Correcteur/rice <
    http://www.royale-pub.com/f54-devenir-membre-de-la-cour



    Habitant

    Lilith Aube

    avatar
    Habitant

    Féminin Âge : 31
    Messages : 335
    Clés : 0
    Date d'inscription : 04/02/2016


    Profil

    Message par Lilith Aube le Sam 17 Juin - 10:20




    Jamais sans son fouet !

    Cat'

    avatar
    Jamais sans son fouet !

    Marchands
    Féminin Âge : 31
    Messages : 18965
    Clés : 7
    Date d'inscription : 01/09/2007


    Profil

    Message par Cat' le Sam 17 Juin - 15:19

    Merci.

    Comme je ne reçois pas de réponse de l'Inquisitrice, je vais reprendre la correction, en attendant son retour.

    Merci de ta patience jusqu’à maintenant...



    > Royale-Pub recrute : 1 Analyste,  Des Anims, 1 Codeur/se, 1 Correcteur/rice <
    http://www.royale-pub.com/f54-devenir-membre-de-la-cour



    Jamais sans son fouet !

    Cat'

    avatar
    Jamais sans son fouet !

    Marchands
    Féminin Âge : 31
    Messages : 18965
    Clés : 7
    Date d'inscription : 01/09/2007


    Profil

    Message par Cat' le Sam 17 Juin - 16:57

    On commence...
    En rouge, les corrections, en bleu, j'interviens pour reformuler les phrases, ou si quelque chose me pose question. 
    * = ajouter un espace

    Chronologie


    Le monde naquit il y a des milliers d'années. Au début, il n'y avait rien. Thaä créa la vie avec les autres Dieux.

    Jusque 1732 : Règne des Tahora'Han sur le Monde, seul un continent ne fait pas partie de l'Empire, le Royaume Mzékils'Han.

    De 1727 à 1732 : Grande Guerre opposant partisans des Mzékils'Han à ceux des Tahora'Han.

    1732 devient l'an 0 : Début du règne mzékils, fin de la Bretkiu. Dieu-empereur : Arnht Ier.
    Naissance des deux fils de Keira*: Kale et Paï signifiant Justesse et Force dans la langue des anciens. Ils sont les fils de l’Empereur tué par Arhnt et qui forgeront deux branches distinctes donnant naissance à Zack (Prince Héritier qui gérera la Principauté jusqu'à sa mort) et à l’Enac (Qui deviendra la Reine des Cités Blanches).

    An 10 : Légalisation de l’esclavagisme. Cependant, au commencement, seuls les mzékils avait le droit de posséder un ou une esclavevoire deux. Par la suite, les lois s’adoucissent ouvrant la possibilité de possession d’esclaves à tous avec un maximum de quatre par demeure.

    An 15 : Naissance de l’héritier mzékils : Ga’Nyho.

    An 30 – 32 : Guerre du Fakëñ opposant les résistants et l’Empire. Les Résistants (Résistants, avec une sans majuscule ?, choix à faire), mal organisés à cette époque, attaquèrent le Palais Impérial une nuit et parvinrent à tenir un siège durant quelques jours avant de prendre la fuite car en sous-nombre par rapport à l’Empire. Mais ils furent poursuivis jusque dans la Plaine Nord, puis sur les mers jusqu’à l’ancien Royaume Mzékils’Han, qui était redevenu sauvage et quasiment inhabitable après des mois de luttes. L’Empire abandonna à leur sort les survivants qui créèrent un village (Raok, liberté dans la langue des anciens, qui disparaîtra à la fin du règne Tahora’Han) et commencèrent à s’organiser.

    An 50 :  Les prisons étant surpeuplées, il est décrété selon des lois (ajouter lien vers Décrets impériaux) que certains crimes seraient punis par un enfermement en arène et un nombre de combats à gagner.

    An 63 - 68 : Guerre de la Ywen, opposant la résistance à l'Empire. La Résistance (Résistance, même remarque que plus haut), après avoir fait prospérer leur île, décide, selon les directives du chef Skud (un elfe ayant é conseiller de Keira La Douce), de lancer une offensive par la mer contre les navires Impériaux. La flotte Impériale sera envoyée pour attaquer les Cités Blanches, détruisant au passage la ville du Raok. Pendant ce temps, la centaine de Résistants arrive à Kaïl et enrôle de force des jeunes arcaëlliennes et arcaëlliens en les embarquant tels des forçats sur leurs navires. Cette partie de l’Histoire de la Résistance n’est que très peu connue. Plusieurs navires seront coulés avant d’arriver aux Cités Blanches. Skud signera un traité de paix avec le Dieu-Empereur afin de mettre un terme au massacre.

    An 79 : Création de la ville d'Hytraz suite à la destruction de la ville du Raok qui devint dès lors un simple village. Hytraz s’agrandira au fil des années pour devenir la Cité que l’on connait aujourd’hui.

    An 100 : Mort de Arnht par empoisonnement. Début du règne de Ga’Nyho.

    An 159 : Naissance de Morloc héritier de l'Empire Mzékils'Han.

    An 179 : Disparition de Ga’Nyho, Dieu-Empereur. Morloc monte sur le trône.

    An 190 : Naissance de Zack, seul héritier du trône Mzékils'Han.

    An 191 : Un homme reçoit une prophétie des Dieux et parcourt dès lors le monde.

    An 192 : Naissance de l’Enac (Élue des Dieux), une Tahora aux yeux vairons (un bleu et un vert), dans l’ignorance de l’Empire.
    Arrestation du prophète et mise à mort en public afin de faire peur au peuple et ne pas gangrener les esprits avec un espoir possible.
    Loi interdisant aux Tahoras femmes de se battre et loi ordonnant que les nouveaux nés Tahoras de sexe féminin soient livrés à l’Empire afin de devenir esclaves.
    Fuite de l’épouse de l’empereur (enceinte de Keira Tahora’Han).

    An 193 : Naissance dans les Citées Blanches de Keira, fille de l'empereur.

    An 210 : Les soldats et les chasseurs de primes sont informés de l’existence de l’Enac suite à un raid dans la demeure familiale qui séparera la petite famille et causera la mort des parents. L’Empire aurait été informé par un villageois à qui le père de l’Enac devait de l’argent.
    Un avis de recherche est publié par l’Empire promettant une forte récompense : 25 000 PO (Morte) ou 35 000 PO (Vivante).
    Début de la mission du prince : retrouver la Tahora.

    An 214 : Début de la guerre opposant la Résistance à l'Empire divin. La guerre durera 1 an et fera beaucoup de victimes des deux côtés, aussi bien en soldats qu'en civils.

    An 215 : Morloc, le Dieu-Empereur, est tué par l'Enac (Mélinda, reine des Cités Blanches).
    Les conseillers de l'Empire capturent l'adolescente élue par les Dieux et l'enferment dans une cellule où elle restera un bon moment.
    Les conseillers prennent le pouvoir, cachant la mort de leur souverain et délégant à des arcaëlliens de confiance la recherche du Prince.
    Les Dieux, en colère, provoquent des catastrophes naturelles (séismes, tsunamis, feux de forêts...) et le peuple souffre de famine ainsi que de maladies (peste, choléra...).
    Dans l'ombre, les Hayert'Väal s'organisent.

    An 216 : Les adorateurs d'Özan lancent une offensive discrète. Après avoir infiltrés le Palais Impérial, ils combattent de l'intérieur. Massacrant tous les occupants du palais (de l'esclave au conseiller), ils arrivent à prendre le pouvoir.
    Ils trouvent l'Enac dans un cachot et décident de la garder pour l'offrir à Özan en sacrifice.
    La mort de Morloc et la disparition du Prince de sang sont annoncées dans le monde entier. Thäos (le Grand Prêtre de l'époque) prend le pouvoir. Les heures sombres d'Arcaëlle dureront quatre mois.
    Les lykosims, les Résistants et les Impériaux se liguent contre les Hayert'Väal. Thäos, le Grand Prêtre, prend la fuite.

    An 217 : Après de longs et houleux débats, il est inscrit dans le Grand Livre du Monde ce qui suit :

    Kaïl reviendra aux lykosims afin d’y instaurer une démocratie ;
    Yban, malgré l’absence de Zack, revient au Prince de sang ;
    Les Cités Blanches, quant à elles, sont confiées à Mélinda (L'Enac) qui en fait le Royaume Tahora’Han.

    Les trois États n'arrivent pas à statuer sur les autres continents et archipels.

    An 218 : Les premières élections ont lieu à Kaïl et, dans l'ensemble, se passent bien.
    Le Prince est activement recherché pour être mis sur le trône de la Principauté.

    An 248 : Le Prince Zack est retrouvé pendu dans une salle de son palais.

    An 258 : Le premier vaibïaën, Jaäzeren, emmène ses frères et sœurs sur une île inhabitée afin de créer un village où le culte de Morloc sera transmis de génération en génération.

    An 260 : Mort du dernier nain après une longue guerre fratricide.

    An 325 : Ray'Bauz est annexé au Royaume.

    An 328 : Tak'Nayu est annexé aux Démocrates.

    An 426 : Kaban est détruite puis restaurée par les Hayert'Vaäl qui en font un de leur QG. Prêtresse : Selophane.

    426-427 : Naissance et expansion du Domaine.



    > Royale-Pub recrute : 1 Analyste,  Des Anims, 1 Codeur/se, 1 Correcteur/rice <
    http://www.royale-pub.com/f54-devenir-membre-de-la-cour





    Contenu sponsorisé




    Profil

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 24 Nov - 15:52