Forum de publicité, d'entraide et de détente.

Royale-Pub

    correction du premier chapitre de ma fiction midnight witch [Cookie79]




    Habitant

    streamy

    avatar
    Habitant

    Féminin Âge : 30
    Messages : 40
    Clés : 0
    Date d'inscription : 11/11/2011


    Profil

    Message par streamy le Ven 11 Nov - 16:41

    Bonjour,

    Nom du forum : blog Midnight Witch
    Lien du forum : http://folles-savantes.skyrock.com/

    Type de correction :
    > Si personnalisée, spécifier les éléments à corriger (max. 5) :

    le chapitre 1

    Spoiler:
    -          Lève-toi ! Lança-telle, en entrant dans ma chambre comme une furie. Et en ressortant aussi vite.
    Je détester quand ma mère faisait ça et le pire c'est que j'y avais droit tous les jours, j'avais l'impression d'avoir affaire à l'un de ses super héros qui courrait plus vite que son ombre.  Je soupirai d'agacement et essayer de me rendormir avec la lumière. Mais le ramdam qu'elle produisit m'en empêcha radicalement. Je me levais donc, en râlant. Oui j'étais une râleuse accomplis, ce qui avait le don d'énerver mon entourage. Je me demandai encore comment faisait mes amis pour me supporter et  je parle du peux que j'ai bien-sûr, j’avais eu très peu d’ami dans ma jeunesse et cela n’avait pas changé, Tara était resté l’une de mes meilleurs amie. Une jeune femme pleine de caractère aussi attachante qu’énervante, le reste était de simple connaissance. Comme Toby un jeune étudiant à l’université avec qui je m’attendait bien, mais cela s’arrêter là.  
    Je regarder ma chambre d'un œil en moitié endormie et dire qu'il allait falloir que je range le désordre que j'avais mis les jours précédent, mes vêtements étaient étalé par ci par là, sur le sol de ma chambre.  Je m’étonnai que ma mère ne m’ait pas encore dit de ranger ma chambre, on voyait à peine le parquet de ma chambre.  Des restes de bonbons était étaler sur mes étagères en bois qui se trouvé juste en face de mon lit.  Se lit qui allait être bientôt un dépotoir de couverture entassé.  Et je ne parle pas de mes traces de doigts sur les vitres de ma grande armoire qui se situer à côté de la porte de ma chambre et faisait toute la longueur du mur.  Je me levais avec obligation et me dirigeas directement vers le salon,  je poussai un bref cri de douleur  que provoqua mes membres endoloris, j’avais l’impression d’avoir eu fait le marathon, mais ce n’était pas le cas.
    J’arrivais dans le salon et m’asseyais sur la chaise la plus proche, ce salon avait toute une histoire, nous avons aménagé ici lors de mes 8 ans. Je n'aimais pas cet appartement et surtout dormir seule dans le nouveau lit, tous les moyens était bon pour dormir avec ma mère, surtout quand des bruits étranges venait perturber votre sommeil ou bien quand les porte s’ouvraient et se refermé toute seule. C’était vraiment dur à gérer surtout quand vous avez 8 ans et que vous ne savez pas d’où cela peut venir et pourquoi ça se passe. Ce fut plus tard à l'adolescence, quand je fus assez prête pour participer à une séance de spiritisme de ma mère que nous apprenions  que l'ancien colocataire, c'était suicidé dans ce salon. Depuis j’ai parfaitement l’habitude de tous se qui se passe d’anormal dans cet appartement.
    Qui aimerait vivre dans un appartement hanté ? Malheureusement ma famille et moi-même. Enfin si ça tenait qu'à moi je serais déjà partie, mais nous avons appris à cohabiter avec un esprit et vice et versa. Ma mère m'amena le petit-déjeuner dans le salon, mes yeux restés fixé sur l'horloge qui se situait juste au-dessus de la télé. Il était 8h du matin un samedi, quelle mère tortionnaire avais-je ? Même si c'était plutôt quelle amie tortionnaire. Mon ami Tara avait décidé de faire une journée complète entre filles. Et, qu'est-ce que je n'aimais pas ça. D’accord elle m'avait eu par la torture mentale. C'était cela ou la soirée avec son petit copain que je n'appréciai pas du tout. Il était d'une arrogance extrême et d'un très mauvais humour. Je soupirais, en osant enfin enlever mes yeux de cette horloge. Dans le salon sa empesté encore la colle de tapisserie, ma mère venait de la changer, maintenant elle était rose saumon. Malgré cela elle allait parfaitement à la nappe de la table ronde que nous avions. Et les meubles noirs également.
    Le sol du salon était du lino, je n’aimais pas particulièrement, il se rayer facilement, malgré cela la couleur qu’il détenait donné un effet rétro à l’appartement. Notre appartement était bien orienté, les vitres donnaient directement la vue sur les montagnes. Malgré cela l’appartement n’était pas isolé, les hivers était dure nous devions à chaque hivers ajouté des couvertures. Nous avions également un couloir assez étroit qui donné directement sur la porte d’entrée, vers sa droite nous pouvions trouver sa cuisine qui était assez petite, une simple table, un frigo et un meuble y rentré, elle donnait directement sur l’église qui se situer derrière notre immeuble. A coter du salon une porte menait droit à la chambre de ma mère, on pouvait se rendre compte assez vite de sa croyance, avec ses crucifix qui pendait sur quelques endroit des murs, on pouvait également remarquer son gout pour tous ce qui était ancien, comme les meubles en bois qui ornait sa chambre. A côté de la chambre de ma mère, on pouvait y remarqué une petite salle de bain, un peu délabré je vous l’accorde, mais on fait ce qu’on peut avec ce qu’on n’a. L’appartement était assez convivial dans l’ensemble.  Ma mère m'arracha directement de mes songes avec sa voix, qui naturellement me fit soupirer une énième fois.
    - Tu n'es vraiment pas du matin ma fille ! Me lança telle avec un petit sourire narquois.
    Elle voulait que je démarre au quart de tour dès mon réveil.
    - Et à première vue, tu essayes de provoquer mon côté obscur de la force, à 8h du matin tu es courageuse ma très chère mère. Lui dis-je en ruminant.
    Elle cessa de communiquer, comme toujours, elle savait que le matin il ne fallait pas trop me parler. Je bus mon chocolat chaud tranquillement, tandis que je regardais la télé tous en essayant de ne pas avoir les yeux qui se referment, je dormais avec  les yeux ouverts, il n’y avait vraiment rien d’intéressant à la télé je changer les chaines, jusqu’à que je tombe sur une chaine de dessin animé, que je regarder sans trop d’attention. Mon déjeuner avalé je partais directement dans ma chambre me préparer. Comme d'habitude, je pris mon temps pour m'habiller, j'optais aujourd'hui pour une tunique assez longue et grise, qui allait parfaitement aux leggins noirs et aux bottes plates que j'avais achetées le week-end dernier également de couleur sombre, tout cela mettais ma silhouette en valeur. Je pris ma veste en cuir, qui me donne toujours l'allure de cette fille rock qui essaye de se mettre dans les pires situations. Avant que ma mère entre encore une fois à l'improviste, je me maquillais pour  raviver cette mine blanchâtre du matin. Je mis aussi de l'ombre à paupière claire, que cela puisse relever mes yeux de couleur châtain. Et j'ajoutai avec ceci, un trait noir d'eye-liner. Je me regardais un bref instant,  mon visage fin donné une allure de jeune femme de dix-sept ans alors que j’en ai vingt-cinq, mes cheveux brun faisait ressortir mon teint de porcelaine, donnant une allure de jeune femme gothique.  La voie de ma mère venait de résonner dans l'appartement encore une fois. Elle était montée sur pile, c'est à ce moment-là que je la soupçonnais de prendre des stupéfiants dans mon dos. La voie de ma mère retentit dans ma chambre encore une fois, décidément elle aimait me provoquer top le matin.
    - Dépêche-toi, Tara ne va pas tarder à arriver.
    - Oh ça va, mère tortionnaire, commentai-je.
    - Tortionnaire ? Je te rappelle que c'est toi qui as dit oui à Tara pour cette journée.
    - Oui beh  ... Voilà ce que je rétorquer habituellement quand je ne savais plus quoi dire de plus.
    La sonnette de l'interphone sonna bruyamment, ce qui me provoqua un grincement strident des dents.  Tara avait fait vite, elle n’était pas le genre de personne à être en retard. Tara est ma meilleur amie depuis l’âge de mes  quinze ans,  ont c’était rencontré au lycée, notre première rencontre un peut hasardeuse avait fini par une amitié solide. Tara était la seule à connaitre les dons de ma famille, elle était ma confidente, même si j’avais mis des années pour lui faire une totale confiance. Cependant, je ne lui avais pas encore parlé de ses étranges sensations qui me donnaient la chair de poule, peut-être par peur. Depuis un petit moment j'avais une boule à l'estomac, je ne savais pas ce qui se tramait. Mais mon instinct me disait de me méfier des jours à venir. Peut-être que je fabulais après tous. Mais le seul problème qui me perturbait était, que me mon instinct c'était jamais trompé.
    J'attendis les pas de Tara s'avancer vers la porte, elle avait fait vite. J'habitais dans un appartement, un T3 plus précisément dans ce bâtiment nous n'avions aucun moyen de monter les étages plus vite qu'à pied. Nous étions au cinquième étage est franchement c'était épuisant. Tara entras rapidement, comme d'habitude elle salua ma mère lui lança les phrase courantes et se lança dans une discussion rapide,  le moment où elle demanda si j'étais prête arriva. Je sortis à toute volée de ma chambre.  Son visage s’illuminait quand elle me vie passé, Tara était une jeune fille agréable et très expressive, elle était blonde avec un visage assez fin et une silhouette svelte et surtout avec une énergie incroyable.
    - Bien sûr que je suis prête patate ! Lui rétorquai-je en cherchant mon sac.
    - Et le Bonjour la courgette c'est en option ? Me dit-elle encore endormi.
    - Bonjour amie du jour.
    - Tu peux mieux faire. Me lança telle en soupirant
    - Fais attention... si tu tiens à ta santé mentale.
    Je cherchais toujours mon sac, faillait vraiment que je range, car je mettais vraiment mon désordre partout, se fut quand je me retournais vers Tara que je la vue me montrer le sac accroché à son doigt. Le balançant de gauche à droite.
    - Je me demande encore comment ta mère reste patiente devant ce merdier qui est ta chambre.
    - Moi aussi je me le demande. Rétorqua ma mère de loin.
    Apparemment, ma mère partait également de son côté. Je la voyais allé de gauche à droite dans l’appartement, comme à son habitude elle devait chercher ses papiers pour prendre la voiture. Elle avait une manie c’était d’être tête en l’air, mon père lui avait reproché plus d’une fois avant son divorce avec elle. Mon père était tous le contraire d’elle, très terre à terre, voulant tous contrôler, c’était le genre de père qui n’aimait pas trop qu’on lui tienne tête. Ma mère avait décidé de se séparé de lui après de nombreuse dispute et surtout après une infidélité. Je me souviens pas comment cela c’était passé, car je n’avais que 3 mois. Mais je pense que c’est mieux ainsi.

    - Oh ça va les mouettes là ! Tu vas où maman ?
    - Je vais chez mamie, je dois l'aider pour faire les courses, on se revoie ce soir ?
    - Bah oui à pars si tu veux me faire dormir dehors ...   lui répondit-je avec ironie
    Elle marmonna quelque chose qui devait être en rapport avec ce quelle chercher, bien évidement elle était trop occupé à chercher ses papiers et c’est clefs qui devaient être surement dans le meuble de la cuisine, comme toujours cela allé la bloquer quelques minutes et arriveras en retard chez ma grand-mère. Je partis de chez moi avec Tara, je ne savais vraiment pas ce qu'elle avait prévu autre que le shopping, mais je ne voulais pas le savoir. Allé savoir pourquoi.


    chapitre 1 partie 2

    Spoiler:
    Je me tenais debout devant l’arrêt de bus les yeux fixé sur le bitume. Tara elle était trop occupé avec son portable pour remarquer que j’étais sur le point de continuer ma nuit, mais avec les yeux ouvert. Il était déjà 9h30 et il n’y avait aucun mouvement de bus à l’horizon. La ville ou nous avions grandi Tara et moi était petite, elle ne faisait même pas la moitié des grandes villes telle que Parias qui comportaient le triple voir plus du nombre d’habitant de cette ville, et je vous parle pas des boutiques. Je ne comprendrais donc, jamais pourquoi les bus étaient toujours en retard dans ce fichus patelin. J’attendis Tara marmonner avec un petit rire amusé, ce qui avait le don de constamment m’irrité, elle pousser toujours ce petit rire quand elle était en communication avec son arriéré de copain. Il était vraiment insupportable, même s’il y avait une part de jalousie dans tous cela. Car, le fait que je ne rencontrais jamais l’amour de ma vie, me rendait malade.  Je changeai mes esprits car, ce n’était vraiment pas le moment de s’alarmer sur son propre sort.
    Le bus arrivas et me fit sursauté en entendant les portes s’ouvrir bruyamment, je commençais ma journée d’humeur radieuse.  Tout cela allé promettre. Je monter les marches du bus avec un air déconfite. Allez… juste une journée à supporter le shopping, ce n’était vraiment pas la mère à boire. Je l’espérais en tous cas. Je me placé devant les portes du bus après avoir payé. Tara me rejoignis, toujours avec son portable à la main.
    - Tu es bien silencieuse. Un rêve encore ?  
    - Pas vraiment. Une chose complétement normal, la fatigue ma grande.  
    Avouai-je avec franchisse.
    - Faillais se coucher top, en sachant la journée que nous allions passer.
    - C’est ce que j’ai fait pardi.  En essayant d’être la plus convaincante possible.
    Le regard suspect de Tara en disait long, elle s’avait exactement quand j’essayais de mentir et surtout mes manies de rester tard devant l’ordinateur, même les jours scolaires. Donc, elle connaissait parfaitement mon silence et ce que cela voulait dire. Parfois je me demander si c’est yeux n’était pas des détecteurs de mensonges également. J’essayer de ne pas trop soutenir le regard de Tara et surtout ne pas se mettre à sourire, sinon j’étais cuite.
    - Allez crache le morceau. Me lança-t-elle d’une tonalité amusante
    - Redis le moi, c’était assez drôle à attendre.
    - Ne change pas de sujet. me rétorqua-t-elle, cette fois-si avec une voix qui fit comprendre que ses pensées étaient déjà ailleurs.
    Ses yeux étaient encore rivés sur son portable. J’avais une sacrée envie de lui arracher des mains et de le casser. Histoire qu’elle ne puisse plus communiquer avec le « con » de jeune homme qui était à l’autre bout du téléphone. Mais mince quoi, il avait le don de me la voler, même quand on n’était en journée fille. C’est à ce moment-là, que je remercié le ciel de ne pas être amoureuse.
    - J’ai envie de te le casser ce fichu portable. Lui dis-je avec énervement.
    - Désolé, à non ne deviens pas comme ma mère.
    Je la regardais d’un air étonné, il n’y avait pas que moi qui pensé donc cela. Intéressant. Très intéressant. Je pris donc la défense de sa mère, chose qu’elle n’apprécié vraiment pas, quand il s’agissait de ses histoires de cœur. En même temps j’aurais ma vengeance personnelle de ce matin.
    - Ta mère à bien raison, je me demande encore comment cela se fait-il qu’il est encore en ta possession.
    - Ne remet pas ça sur le tapis, puis si elle l’avait fait je l’aurais étranglé.
    Oups, ça sente le roussi donc, je décidais simplement de changer de sujet histoire de ne pas mener cette conversation dans une confrontation à double tranchant. La foi ou cela était arrivé, je me souviens que les mots que j’avais exorbiter de ma bouche était dur et elle avait eu du mal à s’en remettre. Et moi avec.  Cela avait suivi de deux mois sans se fréquenter, à ma mémoire savait était dure à encaisser. Tara n’aimais pas qu’on lui fasse la morale, elle préféré vivre sa vie comme elle l’attendait, même si cela impliqué des situations où elle n’aurait pas lieux d’être. Elle n’aimait pas recevoir des conseils également, donc j’évitais de me mêler de sa vie. A part si j’étais impliqué comme cette fois-ci.
    Le bus s’arrêta bruyamment, et s’ouvrirent automatiquement pour laisser place aux passagers. Tara était la première à sortir la tête encore dans son portable. Cela voulait dire que je l’avais intentiné désappointé. Je rattrapé son niveau est décidas donc de faire la silencieuse et non de changer la conversation. C’était le seul moyen de lui faire comprendre que c’était censé être une journée « fille ». Elle décrocha encore une fois et éteignis sont portable. Yahou !! J’appelle ça une grande avancé pour la planète terre.
    - Ok j’arrête, c’est une journée fille entre amie,  mais je l’aime tu comprends ?
    - Moi pas comprendre, moi avoir jamais aimé.  
    J’avais pris une voix de robot, ce qui la fit sourire. Je me demandais toujours comment je pouvais dire autant de bêtises en une seule matinée.
    - Tu verras quand ça sera le cas. Bon va boire un chocolat viennois ? Avant de commencer à faire frire la carte bancaire ?
    - Ok va pour le viennois. Je crains le pire.
    Nous arrivions dans le café qui était situé en plein centre de la ville, beaucoup de jeune âgée de vingt à vingt-cinq ans venait régulièrement, exactement comme nous le faisions, il était vrais que celui-ci avait une sacré popularité dans la ville.  Pour nous il avait toujours existé, depuis des années rien n’avait était changé, à part certains serveur qui avait  était embauché ressèment.
    Nous passion notre première heure à débattre sur la nécromancie, même si Tara n’était pas croyante, elle portait une sacrée curiosité à celle-ci. Je la soupçonnais également de trop regarder les séries télé comme « Merlin » ou bien « True Blood » même si sa se rapprocher bien de la série là. Je lui parlais de certains rêves que j’avais fait c’est temps-ci. Elle aimait essayait les décrypter, sauf que souvent cela nous amener directement dans  un mur. Puis nous dérivions sur sa vie à elle, les conversations dérivées souvent, mais le sujet qui revenait souvent était celui de son petit ami, j’arrivais à garder mon calme et c’était déjà un bon point.
    Tara avait bien choisis sont jour, le temps était vraiment pas à notre avantage, il faisait gris et le pire c’est que sa menacer de pleuvoir à tous moment.  Certaines personnes avaient pris leur parapluie ou cas où, sage idée. Pas moi hélas.  Tara paya nos chocolats pris au café, elle  avait cette qualité qui était d’être d’une générosité hors pair. Nous enchainons donc avec les magasins. Moi qui aimer les magasins juste pour une durée de deux minutes pas plus, la j’étais servis. Elle s’acheta une tunique qui mettait sa fine silhouette en valeur et quelques sous-vêtement acheté chez « Salava » , cette boutique vendez des vêtements trop rétro pour moi, le magasin était assez grand, il s’étaler en deux partie, une était destinée au vêtement, et la deuxième qui se situer juste à côté était destinée spécialement aux sous-vêtements. Et faillait dire les prix était exorbitant, du coup moi je pris rien du tout. Les heures défilais à grande allure même si je n’étais pas très magasins, avec elle je me prêtais assez facilement aux jeux. Même si j’étais une grande râleuse née. Ce fut dans l’après-midi après avoir mangé un sandwich et un beignet au snack le plus connu de la ville, que je trouvé enfin mon bonheur. Même si « Stana » était une boutique que je fréquenter peut dû aux mondes qu’il y avait constamment et surtout par le style de vêtement qu’ils vendaient. J’avais pour une fois trouvé des vêtements qui me convenaient, je tombai raide dingue de deux vestes pour l’hiver et 3 pulls en laine, je ne compte pas aussi les petits chaussons en tête de vache sur qui j’ai flashé et une paire de boucle d’oreille ronde que j’offris à Tara. Cent vingt  euros de dépensé, cela allait faire mal à ma carte bleu « visa » et pour combler tout cela, faillait que je me trouve un petit emploi à coter de mes études à l’université. Nous enchainons avec divers boutiques, même si nous refaisions deux fois les mêmes boutiques, la ville de Dow étant petite nous avions vite fait le tour.
    Je n’avais vraiment pas vu le temps passé, la mère de Tara la rappela pour rentrer, c’est là que nous prenions compte de l’heure qu’il était. Tara avait raté son examen blanc cette année à cause de ce mec. Sa mère l’avait donc menacé de mettre les boucher double pour son prochain examen. La nuit commencer à tomber et se fut donc le moment des séparations pour moi et Tara, comme d’habitude j’avais du mal à m’en séparé, j’avais toujours une boule au ventre quand il y avait séparation. Mais nous étions obligés de rentré malgré tous. Nous, nous dirigions donc, vers les arrêts de bus qui n’était pas si loin d’où nous, nous situons. Chacune devait prendre un bus différent, que nous attendions ensemble, mais pas de chance pour nous de tergiversé, les bus arrivas assez vite. Donc ce fut plus des aux revoirs que des discutions de filles en attendant les bus.
    - Merci beaucoup pour les boucles d’oreilles. Me remercia-t-elle en me fessant un câlin.
    - De rien mademoiselle, tout le plaisir et pour moi. Lui fis-je en souriant
    - On se refait sa après les exams ?
    - Pas de problème, enfin si mon compte bancaire survie.
    - Ça marche.
    Je regardais Tara partir dans la direction de son bus, tout en soupirant. Je me rendais compte que sans elle, ma vie aurait était des plus morose. Peut-être esse pour cela que je n’apprécie pas sa relation avec ce mec. Je ne veux peut-être pas qu’on me la vole. C’était ma meilleure amie après tous, mais je devais lui laisser le champ libre, elle avait le droit d’aimer qui elle voulait. Elle était seule maitre de sa vie. Je me dirigeais, vers mon but qui venait d’arrivée également.
    Je montai les marches du bus et paya encore une fois ma place, la vie était donc ça. Une répétition de geste. C’était vraiment morose, rien à changer tout rester identique. Ma vie était loin de me convenir, je voyais temps une vie comme ses séries ou tous est différents de la réalité. Mais le réel reste le réel. Mon bus arrivas presque à destination, je fus obliger d’appuyer sur la petite sonnette pour m’arrêter à la prochaine intersection et me rendre à mon appartement qui était à 15 minutes de marche plus loin.
    Je me perdis encore une fois dans mes pensées, mes angoisses étaient revenus, non ce n’était pas des angoisses c’était un pressentiment. Un mauvais pressentiment, ou peut être un bon finalement, je n’arrivais pas à cerner dans quelle sens prendre la chose. Je regarder autour de moi, pour savoir si rien ne me menacer. Aucune personne suspecte n’était dans les alentours, à part la personne d’une trentaine d’année qui avait un regard assez ….Bizarre.
    Le bus s’arrêta net et ce fut à cet instant que je faillis me prendre la vitre qui était juste devant moi et qui me séparé de l’ouverture des portes. Bravo, qu’elle chance mémorable. Je poussais quelques jurons à mi-voix et sortie. Je remonter l’allée, celle-ci était bien éclairé et avait beaucoup de boutique, j’aimais passer et regarder ce qui y était à l’intérieur, surtout dans la boutique d’antiquité qui se situé à quelques pas plus loin de la boucherie. Arrivé presque à l’avant dernière embouchure pour entrer chez moi un bruit de fracas et d’aspiration ce fit attendre. J’étais juste derrière la boutique de charcuterie des amis à ma mère. Ma tête me disait de fuir, mais mon instinct m’en disait le contraire. Que faire dans les moments-là ? Ma mère me disait toujours de suivre l’instinct plutôt qu’autre chose et c’est ce que je fus malgré mon angoisse qui grandissait tel un noyau qui fleurissait dans mon ventre. Aurai-je pas dû, dieu seul le sais. Plus j’avancer vers l’arrière-boutique de la charcuterie, plus le bruis ce faisait entendre. Provoquant une accélération de mon cœur, t’en qu’à mes mains qui devenait de plus en plus moite me fit prendre consciente que cela pouvait être une personne malveillante qui essayait d’attirais mon attention.
    Je décidais quoiqu’il en coute d’y allé, j’arrivais vers leur petit portail, qui était cassé et des papiers orné le sol en volant de part et autre. Je relevais enfin mes yeux pour voir … une lueur blanchâtre avec de l’électricité qui circulé à chaque endroit donnant un effet flou au contenu qu’il détenait à l’intérieur. Je ne pouvais rien apercevoir de l’autre côté, peut-être un paysage, ou un trou noir. Je n’avais vraiment pas d’explication rationnelle à ce truc. Ce fut avec difficulté que je me rapprochai pour essayer de voir ce qu’il pouvait y avoir dans ce truc et encore plus par curiosité, j’avais vraiment une poisse légendaire aujourd’hui. Je touchais la chose d’un doigt qui me jeta une petit décharge qui me fit crachai un juron une fois de plus, ma peur grandissait encore, tandis que j’essayais de le maitriser du mieux que je pouvais, les pires scénarios passé dans ma tête, comme un film de cinéma. Je décidais d’appelée ma mère pour lui dire de venir et de voir ce que cela pouvait être. Peut-être avait-il un nouveau nécromancien qui s’amuser avec l’espace-temps. Encore serait-t-il possible que ça  soit possible ? Mais j’eu pas le temps de réfléchir plus et surtout de finir le numéro de ma mère que je fus comme aspiré par cette chose. Et la … ce fut le trou noir total.



    Je crois que j'ai pas dépassé les 5 xD

    Méthode de correction : Justifié
    Conseils du correcteur : oh oui, tous les avis sont bon à prendre x) et des conseils également sur les tournures des phrases etc.. ça serait génial, je vous remercie d'avance <3


    Dernière édition par streamy le Lun 14 Nov - 21:02, édité 1 fois



    Roi

    Kiv'

    avatar
    Roi

    Masculin Âge : 23
    Messages : 36414
    Clés : 0
    Date d'inscription : 06/02/2007


    Profil

    Message par Kiv' le Sam 12 Nov - 14:55

    Bonjour.

    Ta demande est bien prise en compte.

    Un correcteur passera prendre ta commande le plus rapidement possible.

    Merci de patienter Wink







    Merci Linoa pour le Kit Love



    Habitant

    streamy

    avatar
    Habitant

    Féminin Âge : 30
    Messages : 40
    Clés : 0
    Date d'inscription : 11/11/2011


    Profil

    Message par streamy le Sam 12 Nov - 16:24

    D'accord merci beaucoup Smile



    Roi

    Kiv'

    avatar
    Roi

    Masculin Âge : 23
    Messages : 36414
    Clés : 0
    Date d'inscription : 06/02/2007


    Profil

    Message par Kiv' le Dim 20 Nov - 12:35

    Coucou Smile

    Ta commande est-elle toujours d'actualité ?







    Merci Linoa pour le Kit Love



    Habitant

    streamy

    avatar
    Habitant

    Féminin Âge : 30
    Messages : 40
    Clés : 0
    Date d'inscription : 11/11/2011


    Profil

    Message par streamy le Dim 20 Nov - 16:39

    Bonjour oui elle est x)



    Habitant

    streamy

    avatar
    Habitant

    Féminin Âge : 30
    Messages : 40
    Clés : 0
    Date d'inscription : 11/11/2011


    Profil

    Message par streamy le Ven 2 Déc - 21:50

    up !



    Invité

    Invité

    avatar



    Profil

    Message par Invité le Dim 4 Déc - 20:26

    Bonjour streamy,

    Je prends en charge ta commande Smile Je vais essayer de faire la correction le plus rapidement possible. Je vais commencer par corriger le chapitre 1 et le poster dans ta demande avec les fautes corrigés que j'aurais mis en rouge.

    À bientôt!! Very Happy



    Habitant

    streamy

    avatar
    Habitant

    Féminin Âge : 30
    Messages : 40
    Clés : 0
    Date d'inscription : 11/11/2011


    Profil

    Message par streamy le Dim 4 Déc - 21:13

    Ahh merci beaucoup Smile



    Invité

    Invité

    avatar



    Profil

    Message par Invité le Lun 5 Déc - 23:55

    Bonsoir streamy,

    J'ai corrigé la première partie du chapitre 1 de ton texte. Je ferais la deuxième partie du chapitre 1 très bientôt.

    Légende de correction


    *Rouge = Fautes que tu dois corriger
    *Bleu = Ce que tu dois enlever
    *Vert = Ce que tu dois rajouter

    Spoiler:
    - Lève-toi ! Lança-telle, en entrant dans ma chambre comme une furie. et en ressortant aussi vite.
    Je détestais quand ma mère faisait cela et le pire c'est que j'y avais droit tous les jours. J'avais l'impression d'avoir affaire à l'un de ses super héros qui courrait plus vite que son ombre. Je soupirais d'agacement et j’essayais de me rendormir avec la lumière. Mais le ramdam qu'elle produisait m'en empêcha radicalement. Je me levais donc, en râlant. Oui j'étais une râleuse accomplis, ce qui avait le don d'énerver mon entourage. Je me demandais encore comment faisait mes amis pour me supporter et je parle du peux que j'ai bien-sûr. J’avais eu très peu d’amis dans ma jeunesse et cela n’avait pas changé. Tara était resté l’une de mes meilleures amie. Une jeune femme pleine de caractère aussi attachante qu’énervante. Le reste était de simples connaissances. Comme Toby, un jeune étudiant à l’université avec qui je m’anttendais bien, mais cela s’arrêtait là.
    Je regardais ma chambre d'un œil à moitié endormie et dire qu'il fallait falloir que je range le désordre que j'avais mis les jours précédents. Mes vêtements étaient étalé par ci par là, sur le sol de ma chambre. Je m’étonnais que ma mère ne m’ait pas encore dit de ranger. ma chambre, On voyait à peine le parquet de ma chambre. Des restes de bonbons était étalé sur mes étagères en bois qui se trouvais juste en face de mon lit. Ce lit qui allait bientôt être un dépotoir de couverture entassée. Et je ne parle pas de mes traces de doigts sur les vitres de ma grande armoire qui se situer à côté de la porte de ma chambre et faisait toute la longueur du mur. Je me levais avec obligation et me dirigeas directement vers le salon. Je poussais un bref cri de douleur que provoqua mes membres endoloris. J’avais l’impression d’avoir eu fait le marathon, mais ce n’était pas le cas.
    J’arrivais dans le salon et m’asseyais sur la chaise la plus proche. Ce salon avait toute une histoire. Nous avons aménagé ici lors de mes 8 ans. Je n'aimais pas cet appartement et surtout dormir seule dans le nouveau lit. Tout les moyens était bon pour dormir avec ma mère, surtout quand des bruits étranges venait perturber votre sommeil ou bien quand les portes s’ouvraient et se refermaient toute seule. C’était vraiment dur à gérer surtout quand vous avez 8 ans et que vous ne savez pas d’où cela peut venir et pourquoi ça se passe. Ce fut plus tard à l'adolescence, quand je fus assez prête pour participer à une séance de spiritisme de ma mère que nous apprenions que l'ancien colocataire, c'était suicidé dans ce salon. Depuis, j’ai parfaitement l’habitude de tout se qui se passe d’anormal dans cet appartement.
    Qui aimerait vivre dans un appartement hanté ? Malheureusement ma famille et moi-même. Enfin si ça tenait qu'à moi, je serais déjà partie, mais nous avons appris à cohabiter avec un esprit et vice et versa. Ma mère m'amena le petit-déjeuner dans le salon, mes yeux restais fixé sur l'horloge qui se situait juste au-dessus de la télé. Il était 8h du matin un samedi. Quelle mère tortionnaire avais-je ? Même si c'était plutôt quelle amie tortionnaire. Mon amie Tara avait décidé de faire une journée complète entre filles. Et, qu'est-ce que je n'aimais pas ça. D’accord elle m'avait eu par la torture mentale. C'était cela ou la soirée avec son petit copain que je n'appréciais pas du tout. Il était d'une arrogance extrême et d'un très mauvais humour. Je soupirais, en osant enfin enlever mes yeux de cette horloge. Dans le salon sa empestais encore la colle de tapisserie. Ma mère venait de la changer. Maintenant, elle était rose saumon. Malgré cela, elle allait parfaitement à la nappe de la table ronde que nous avions. Et les meubles noirs également.
    Le sol du salon était du lino. Je n’aimais pas particulièrement. Il se rayait facilement. Malgré cela, la couleur qu’il détenait donnait un effet rétro à l’appartement. Notre appartement était bien orienté, les vitres donnaient directement la vue sur les montagnes. Malgré cela, l’appartement n’était pas isolé et les hivers étaient durs. Nous devions à chaque hivers ajouter des couvertures. Nous avions également un couloir assez étroit qui donnait directement sur la porte d’entrée, vers sa droite. Nous pouvions trouver sa cuisine qui était assez petite, une simple table, un frigo et un meuble y rentrait. Elle donnait directement sur l’église qui se situait derrière notre immeuble. À côté du salon, une porte menait droit à la chambre de ma mère. On pouvait se rendre compte assez vite de sa croyance, avec ses crucifix qui pendait à quelques endroit des murs. On pouvait également remarquer son goût pour tous ce qui était ancien, comme les meubles en bois qui ornait sa chambre. À côté de la chambre de ma mère, on pouvait-y remarquer une petite salle de bain, un peu délabré je vous l’accorde, mais on fait ce qu’on peut avec ce qu’on n’a. L’appartement était assez convivial dans l’ensemble. Ma mère m'arracha directement de mes songes avec sa voix, qui naturellement me fit soupirer une énième fois.
    - Tu n'es vraiment pas du matin ma fille ! Me lança telle avec un petit sourire narquois.
    Elle voulait que je démarre au quart de tour dès mon réveil.
    - Et à première vue, tu essayes de provoquer mon côté obscur de la force, à 8h du matin. Tu es courageuse ma très chère mère, lui dis-je en ruminant.
    Elle cessa de communiquer, comme toujours, elle savait que le matin il ne fallait pas trop me parler. Je bus mon chocolat chaud tranquillement, tandis que je regardais la télé tout en essayant de ne pas avoir les yeux qui se referment. Je dormais avec les yeux ouverts. Il n’y avait vraiment rien d’intéressant à la télé. Je changeais les chaines, jusqu’à que je tombe sur une chaine de dessin animé, que je regardais sans trop d’attention. Mon déjeuner avalé, je partais directement dans ma chambre me préparer. Comme d'habitude, je pris mon temps pour m'habiller. J'optais aujourd'hui pour une tunique assez longue et grise, qui allait parfaitement aux leggins noirs et aux bottes plates que j'avais achetées le week-end dernier également de couleur sombre. Tout cela mettais ma silhouette en valeur. Je pris ma veste en cuir, qui me donne toujours l'allure de cette fille rock qui essaye de se mettre dans les pires situations. Avant que ma mère entre encore une fois à l'improviste, je me maquillais pour raviver cette mine blanchâtre du matin. Je mis aussi de l'ombre à paupière claire, que cela puisse relever mes yeux de couleur châtain. Et j'ajoutai avec ceci, un trait noir d'eye-liner. Je me regardais un bref instant. Mon visage fin donnait une allure de jeune femme de dix-sept ans alors que j’en ai vingt-cinq. Mes cheveux brun faisait ressortir mon teint de porcelaine, donnant une allure de jeune femme gothique. La voie de ma mère venait de résonner dans l'appartement encore une fois. Elle était montée sur pile. C'est à ce moment-là que je la soupçonnais de prendre des stupéfiants dans mon dos. La voie de ma mère retentit dans ma chambre encore une fois. Décidément, elle aimait me provoquer top le matin.
    - Dépêche-toi, Tara ne va pas tarder à arriver.
    - Oh ça va, mère tortionnaire, commentai-je.
    - Tortionnaire ? Je te rappelle que c'est toi qui as dit oui à Tara pour cette journée.
    - Oui beh ... Voilà ce que je rétorquer habituellement quand je ne savais plus quoi dire de plus.
    La sonnette de l'interphone sonna bruyamment, ce qui me provoqua un grincement strident des dents. Tara avait fait vite. Elle n’était pas le genre de personne à être en retard. Tara est ma meilleure amie depuis l’âge de mes quinze ans. Ont c’était rencontré au lycée. Notre première rencontre un peut hasardeuse avait fini par une amitié solide. Tara était la seule à connaitre les dons de ma famille. Elle était ma confidente, même si j’avais mis des années pour lui faire une totale confiance. Cependant, je ne lui avais pas encore parlé de ses étranges sensations qui me donnait la chair de poule. Peut-être par peur. Depuis un petit moment, j'avais une boule à l'estomac. Je ne savais pas ce qui se tramait. Mais mon instinct me disait de me méfier des jours à venir. Peut-être que je fabulais après tout. Mais le seul problème qui me perturbait c'était, que me mon instinct c'était jamais trompé.
    J'attendis les pas de Tara s'avancer vers la porte. Elle avait fait vite. J'habitais dans un appartement, un T3 plus précisément. Dans ce bâtiment, nous n'avions aucun moyen de monter les étages plus vite qu'à pied. Nous étions au cinquième étage et franchement, c'était épuisant. Tara entras rapidement. Comme d'habitude, elle salua ma mère, lui lança les phrase courantes et se lança dans une discussion rapide. Le moment où elle demanda si j'étais prête arriva. Je sortis à toute volée de ma chambre. Son visage s’illuminait quand elle me vie passé. Tara était une jeune fille agréable et très expressive. Elle était blonde avec un visage assez fin, une silhouette svelte et surtout avec une énergie incroyable.
    - Bien sûr que je suis prête patate ! Lui rétorquai-je en cherchant mon sac.
    - Et le Bonjour la courgette c'est en option ? Me dit-elle encore endormi.
    - Bonjour amie du jour.
    - Tu peux mieux faire, Me lança telle en soupirant.
    - Fais attention... si tu tiens à ta santé mentale.
    Je cherchais toujours mon sac, faillait vraiment que je range, car je mettais vraiment mon désordre partout. Se fut quand je me retournais vers Tara que je la vue me montrer le sac accroché à son doigt. Le balançant de gauche à droite.
    - Je me demande encore comment ta mère reste patiente devant ce merdier qui est ta chambre.
    - Moi aussi je me le demande. Rétorqua ma mère de loin.
    Apparemment, ma mère partait également de son côté. Je la voyais allé de gauche à droite dans l’appartement. Comme à son habitude, elle devait chercher ses papiers pour prendre la voiture. Elle avait une manie. C’était d’être tête en l’air, mon père lui avait reproché plus d’une fois avant son divorce avec elle. Mon père était tous le contraire d’elle, très terre à terre. Voulant tout contrôler, c’était le genre de père qui n’aimait pas trop qu’on lui tienne tête. Ma mère avait décidé de se séparé de lui après de nombreuse dispute et surtout après une infidélité. Je me souviens pas comment cela c’était passé, car je n’avais que 3 mois. Mais je pense que c’est mieux ainsi.

    - Oh ça va les mouettes là ! Tu vas où maman ?
    - Je vais chez mamie, je dois l'aider pour faire les courses, on se revoie ce soir ?
    - Bah oui, à pars si tu veux me faire dormir dehors ... lui répondit-je avec ironie.Elle marmonna quelque chose qui devait être en rapport avec ce qu’elle cherchait. Bien évidement, elle était trop occupé à chercher ses papiers et c’est clefs qui devaient être surement dans le meuble de la cuisine. Comme toujours, cela allait la bloquer quelques minutes et elle arrivera en retard chez ma grand-mère. Je partais de chez moi avec Tara. Je ne savais vraiment pas ce qu'elle avait prévu autre que le shopping, mais je ne voulais pas le savoir. Allé savoir pourquoi.

    À bientôt!! Very Happy



    Habitant

    streamy

    avatar
    Habitant

    Féminin Âge : 30
    Messages : 40
    Clés : 0
    Date d'inscription : 11/11/2011


    Profil

    Message par streamy le Mar 6 Déc - 0:04

    oh merci beaucoup <3, vive la grammaire -_-



    Invité

    Invité

    avatar



    Profil

    Message par Invité le Mer 7 Déc - 0:31

    Coucou streamy,

    Voici la correction de la deuxième partie de ton chapitre 1.

    Légende de correction

    *Rouge = Fautes que tu dois corriger
    *Bleu = Ce que tu dois enlever
    *Vert = Ce que tu dois ajouter

    Spoiler:
    Je me tenais debout devant l’arrêt de bus les yeux fixés sur le bitume. Tara elle était trop occupé avec son portable pour remarquer que j’étais sur le point de continuer ma nuit, mais avec les yeux ouvert. Il était déjà 9h30 et il n’y avait aucun mouvement de bus à l’horizon. La ville où nous avions grandi Tara et moi était petite. Elle ne faisait même pas la moitié des grandes villes t'elle que Parias qui comportaient le triple voir plus du nombre d’habitant de cette ville. et Je vous parle pas des boutiques. Je ne comprendrais donc, jamais pourquoi les bus étaient toujours en retard dans ce fichus patelin. J’attendis Tara marmonner avec un petit rire amusé, ce qui avait le don de constamment m’irriter. Elle poussait toujours ce petit rire quand elle était en communication avec son arriéré de copain. Il était vraiment insupportable, même s’il y avait une part de jalousie dans tout cela. Car, le fait que je ne rencontrais jamais l’amour de ma vie, me rendais malade. Je changeais mes esprits car, ce n’était vraiment pas le moment de s’alarmer sur son propre sort.
    Le bus arrivas et me fit sursauter en entendant les portes s’ouvrir bruyamment. Je commençais ma journée d’humeur radieuse. Tout cela allait promettre. Je montais les marches du bus avec un air déconfite. Allez… juste une journée à supporter le shopping. Ce n’était vraiment pas la mère à boire. Je l’espérais en tout cas. Je me plaçais devant les portes du bus après avoir payé. Tara me rejoignis, toujours avec son portable à la main.
    - Tu es bien silencieuse. Un rêve encore ?
    - Pas vraiment. Une chose complétement normal, la fatigue ma grande,
    avouai-je avec franchisse.
    - Faillais se coucher top, en sachant la journée que nous allions passer.
    - C’est ce que j’ai fais pardi en essayant d’être la plus convaincante possible.
    Le regard suspect de Tara en disait long. Elle s’avait exactement quand j’essayais de mentir et surtout mes manies de rester tard devant l’ordinateur. Même les jours scolaires. Donc, elle connaissait parfaitement mon silence et ce que cela voulait dire. Parfois, je me demandais si c’est yeux n’était pas des détecteurs de mensonges également. J’essayais de ne pas trop soutenir le regard de Tara et surtout ne pas se mettre à sourire. Sinon j’étais cuite.
    - Allez crache le morceau, me lança-t-elle d’une tonalité amusante.
    - Redis le moi, c’était assez drôle à attendre.
    - Ne change pas de sujet, me rétorqua-t-elle. Cette fois-ci, avec une voix qui fit comprendre que ses pensées étaient déjà ailleurs.
    Ses yeux étaient encore rivés sur son portable. J’avais une sacrée envie de lui arracher des mains et de le casser. Histoire qu’elle ne puisse plus communiquer avec le « con » de jeune homme qui était à l’autre bout du téléphone. Mais mince quoi, il avait le don de me la voler. Même quand on n’était en journée filles. C’est à ce moment-là, que je remerciais le ciel de ne pas être amoureuse.
    - J’ai envie de te le casser ce fichu portable. Lui dis-je avec énervement.
    - Désolé ! À non, ne deviens pas comme ma mère.
    Je la regardais d’un air étonné. Il n’y avait pas que moi qui pensait donc cela. Intéressant, très intéressant. Je pris donc la défense de sa mère. Chose qu’elle n’appréciait vraiment pas, quand il s’agissait de ses histoires de cœur. En même temps, j’aurais ma vengeance personnelle de ce matin.
    - Ta mère à bien raison. Je me demande encore comment cela se fait-il qu’il est encore en ta possession.
    - Ne remet pas ça sur le tapis, puis si elle l’avait fait, je l’aurais étranglé.
    Oups, ça sente le roussi. Donc je décidais simplement de changer de sujet d'histoire de ne pas mener cette conversation dans une confrontation à double tranchant. La foi où cela était arrivé. Je me souviens que les mots que j’avais exorbiter de ma bouche était dur et elle avait eu du mal à s’en remettre. Et moi avec. Cela avait suivi de deux mois sans se fréquenter. à Ma mémoire savait était dure à encaisser. Tara n’aimait pas qu’on lui fasse la morale. Elle préférait vivre sa vie comme elle l’attendait, même si cela impliquait des situations où elle n’aurait pas lieux d’être. Elle n’aimait pas recevoir des conseils également. Donc j’évitais de me mêler de sa vie. À part si j’étais impliqué comme cette fois-ci.
    Le bus s’arrêta bruyamment, et s’ouvrirent automatiquement pour laisser place aux passagers. Tara était la première à sortir la tête encore dans son portable. Cela voulait dire que je l’avais intentiné désappointé. Je rattrapais son niveau et décidas donc de faire la silencieuse et non de changer la conversation. C’était le seul moyen de lui faire comprendre que c’était censé être une journée « filles ». Elle décrocha encore une fois et éteignis sont portable. Yahou !! J’appelle ça une grande avancé pour la planète terre.
    - Ok j’arrête, c’est une journée filles entre amies, mais je l’aime tu comprends ?
    - Moi pas comprendre, moi avoir jamais aimé.
    J’avais pris une voix de robot, ce qui la fit sourire. Je me demandais toujours comment je pouvais dire autant de bêtises en une seule matinée.
    - Tu verras quand ça sera le cas. Bon va boire un chocolat viennois ? Avant de commencer à faire frire la carte bancaire ?
    - Ok va pour le viennois. Je crains le pire.
    Nous arrivions dans le café qui était situé en plein centre de la ville. Beaucoup de jeunes âgées de vingt à vingt-cinq ans venait régulièrement. Exactement comme nous le faisions, il était vrais que celui-ci avait une sacrée popularité dans la ville. Pour nous, il avait toujours existé. Depuis des années, rien n’avait été changé. À part certains serveur qui avait était embauché ressèment.
    Nous passions notre première heure à débattre sur la nécromancie. Même si Tara n’était pas croyante, elle portait une sacrée curiosité à celle-ci. Je là soupçonnais également de trop regarder les séries télé comme « Merlin » ou bien « True Blood ». Même si sa se rapprochait bien de la série là. Je lui parlais de certains rêves que j’avais fait c’est temps-ci. Elle aimait essayait les décrypter, sauf que souvent, cela nous a amenée directement dans un mur. Puis nous dérivions sur sa vie à elle. Les conversations dérivées souvent, mais le sujet qui revenait souvent était celui de son petit ami. J’arrivais à garder mon calme et c’était déjà un bon point.
    Tara avait bien choisis sont jour. Le temps était vraiment pas à notre avantage. Il faisait gris et le pire c’est que sa menacait de pleuvoir à tout moment. Certaines personnes avaient pris leur parapluie ou au cas où. Sage idée. Pas moi hélas. Tara paya nos chocolats pris au Café. Elle avait cette qualitée qui était d’être d’une générositée hors pair. Nous enchainons donc avec les magasins. Moi qui aimait les magasins juste pour une durée de deux minutes pas plus. Là, j’étais servis. Elle s’acheta une tunique qui mettait sa fine silhouette en valeur et quelques sous-vêtement acheté chez « Salava » . Cette boutique vendes des vêtements trop rétro pour moi. Le magasin était assez grand. Il s’étalait en deux parties. Une était destinée au vêtement, et la deuxième qui se situait juste à côté était destinée spécialement aux sous-vêtements. Et faillait dire les prix était exorbitant. Du coup, moi je pris rien du tout. Les heures défilais à grande allure même si je n’étais pas très magasins. Avec elle, je me prêtais assez facilement aux jeux. Même si j’étais une grande râleuse née. Ce fut dans l’après-midi après avoir mangé un sandwich et un beignet au snack le plus connu de la ville, que je trouvais enfin mon bonheur. Même si « Stana » était une boutique que je fréquentais peut dû aux mondes qu’il y avait constamment et surtout par le style de vêtements qu’ils vendaient. J’avais pour une fois trouvé des vêtements qui me convenaient. Je tombais raide dingue de deux vestes pour l’hiver et 3 pulls en laine. Je ne compte pas aussi les petits chaussons en tête de vache sur qui quoi j’ai flashé et une paire de boucle d’oreille ronde que j’offris à Tara. Cent vingt euros de dépensé. Cela allait faire mal à ma carte bleu « visa » . Et pour combler tout cela, faillait que je me trouve un petit emploi à côtér de mes études à l’université. Nous enchainons avec divers boutiques, même si nous refaisions deux fois les mêmes boutiques. La ville de Dow étant petite. Nous avions vite fait le tour.
    Je n’avais vraiment pas vu le temps passé. La mère de Tara là rappela pour rentrer. C’est là que nous prenions compte de l’heure qu’il était. Tara avait raté son examen blanc cette année à cause de ce mec. Sa mère l’avait donc menacé de mettre les boucher double pour son prochain examen. La nuit commencait à tomber et se fut donc le moment des séparations pour moi et Tara. Comme d’habitude, j’avais du mal à m’en séparer. J’avais toujours une boule au ventre quand il y avait séparation. Mais nous étions obligés de rentré malgré tous. Nous, nous dirigions donc, vers les arrêts de bus qui n’était pas si loin d’où nous, nous situons. Chacune devait prendre un bus différent, que nous attendions ensemble, mais pas de chance pour nous de tergiversé. les bus arrivas assez vite. Donc ce fut plus des aux revoirs que des discutions de filles en attendant les bus.
    - Merci beaucoup pour les boucles d’oreilles. Me remercia-t-elle en me fessant un câlin.
    - De rien mademoiselle, tout le plaisir est pour moi. Lui fis-je en souriant.
    - On se refait sa après les exams ?
    - Pas de problème, enfin si mon compte bancaire survie.
    - Ça marche.
    Je regardais Tara partir dans la direction de son bus, tout en soupirant. Je me rendais compte que sans elle, ma vie aurait était des plus morose. Peut-être esse pour cela que je n’apprécie pas sa relation avec ce mec. Je ne veux peut-être pas qu’on me la vole. C’était ma meilleure amie après tous, mais je devais lui laisser le champ libre. Elle avait le droit d’aimer qui elle voulait. Elle était seule maitre de sa vie. Je me dirigeais, vers mon but qui venait d’arrivée également.
    Je montais les marches du bus et paya encore une fois ma place. La vie était donc ça. Une répétition de geste. C’était vraiment morose. Rien à changer. Tout restais identique. Ma vie était loin de me convenir. Je voyais temps une vie comme ses séries ou tout est différents de la réalité. Mais le réel reste le réel. Mon bus arrivas presque à destination. Je fus obliger d’appuyer sur la petite sonnette pour m’arrêter à la prochaine intersection et me rendre à mon appartement qui était à 15 minutes de marche plus loin.
    Je me perdis encore une fois dans mes pensées. Mes angoisses étaient revenus. Non ce n’était pas des angoisses. C’était un préssentiment. Un mauvais préssentiment, ou peut être un bon finalement. Je n’arrivais pas à cerner dans quelle sens prendre la chose. Je regardais autour de moi, pour savoir si rien ne me menacer. Aucune personne suspecte n’était dans les alentours, à part la personne d’une trentaine d’année qui avait un regard assez ….Bizarre.
    Le bus s’arrêta net et ce fut à cet instant que je faillis me prendre la vitre qui était juste devant moi et qui me séparait de l’ouverture des portes. Bravo, qu’elle chance mémorable. Je poussais quelques jurons à mi-voix et sortie. Je remontais l’allée, celle-ci était bien éclairé et avait beaucoup de boutique. J’aimais passer et regarder ce qui y était à l’intérieur, surtout dans la boutique d’antiquité qui se situait à quelques pas plus loin de la boucherie. Arrivée presque à l’avant dernière embouchure pour entrer chez moi, un bruit de fracas et d’aspiration ce fit attendre. J’étais juste derrière la boutique de charcuterie des amis à ma mère. Ma tête me disait de fuir, mais mon instinct m’en disait le contraire. Que faire dans les moments-là ? Ma mère me disait toujours de suivre l’instinct plutôt qu’autre chose et c’est ce que je fus malgré mon angoisse qui grandissait tel un noyau qui fleurissait dans mon ventre. Aurais-je pas dû. Dieu seul le sais. Plus j’avancais vers l’arrière-boutique de la charcuterie, plus le bruis ce faisait entendre. Provoquant une accélération de mon cœur, t’en qu’à mes mains qui devenait de plus en plus moite me fit prendre consciente que cela pouvait être une personne malveillante qui essayait d’attirer mon attention.
    Je décidais quoiqu’il en coute d’y allé. J’arrivais vers leur petit portail, qui était cassé et des papiers ornaient le sol en volant de part et autre. Je relevais enfin mes yeux pour voir … une lueur blanchâtre avec de l’électricité qui circulait à chaque endroit donnant un effet flou au contenu qu’il détenait à l’intérieur. Je ne pouvais rien apercevoir de l’autre côté. Peut-être un paysage, ou un trou noir. Je n’avais vraiment pas d’explication rationnelle à ce truc. Ce fut avec difficulté que je me rapprochais pour essayer de voir ce qu’il pouvait y avoir dans ce truc et encore plus par curiosité. J’avais vraiment une poisse légendaire aujourd’hui. Je touchais la chose d’un doigt qui me jeta une petite décharge qui me fit cracher un juron une fois de plus. Ma peur grandissait encore, tandis que j’essayais de le maitriser du mieux que je pouvais. Les pires scénarios passé dans ma tête, comme un film de cinéma. Je décidais d’appelée ma mère pour lui dire de venir et de voir ce que cela pouvait être. Peut-être avait-il un nouveau nécromancien qui s’amusait avec l’espace-temps. Encore serait-t-il possible que ça soit possible ? Mais j’eu pas le temps de réfléchir plus et surtout de finir le numéro de ma mère que je fus comme aspiré par cette chose. Et la … ce fut le trou noir total.

    Si tu as des questions, je me ferais un plaisir d'y répondre Very Happy Si tu en as pas, tu me diras si je peux déplacer ta commande dans les "Corrections terminées" En passant, j'adore ton histoire

    À bientôt!!



    Habitant

    streamy

    avatar
    Habitant

    Féminin Âge : 30
    Messages : 40
    Clés : 0
    Date d'inscription : 11/11/2011


    Profil

    Message par streamy le Mer 7 Déc - 13:26

    ahh merci beaucoup <3
    je n'est pas de question particulière, en plus je rajoute des mots -_-
    merci beaucoup ravi qu'elle te plaise, moi je suis toujours une insatisfaite xD
    oui elle est terminée, encore merci <3



    Invité

    Invité

    avatar



    Profil

    Message par Invité le Mer 7 Déc - 22:34

    Bonsoir streamy,

    Content que la correction te plaise Very Happy Je déplace donc dans les corrections terminées.
    Merci d'avoir utilisé ce service Smile





    Contenu sponsorisé




    Profil

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 20 Nov - 12:43